Accueil
Covid 19 et logements : le constat alarmant de la fondation Abbé Pierre
Partager

Covid 19 et logements : le constat alarmant de la fondation Abbé Pierre

RCF,  -  Modifié le 24 juin 2021
Les Essentiels de Commune Planète Covid 19 et logements : le constat alarmant de la fondation Abbé Pierre
Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre présente le rapport annuel sur le mal-logement et parle de "bombe à retardement" concernant les effets de la crise sanitaire.
podcast image par défaut

Selon le Collectif des Associations Unies, le 9 avril, plus de la moitié (53 %) des demandes pour un hébergment d'urgence au 115 n’avaient pu être satisfaites. La fondation Abbé Pierre a publié son 26ème rapport annuel sur le mal-logement et fait un constat alarmant quant aux effets de la crise sanitaire sur l'état du mal-logement en France. 
Anne Kerléo reçoit Christophe Robert , délégué général de la Fondation Abbé Pierre pour en discuter.
 

Quelles évolutions quant au mal-logement en France ?

En 1954, l'Abbé Pierre lançait un appel fort face à l'urgence du mal-logement en France. Les choses ont-elles évoluées depuis ? Pour Christophe Robert "si on compare avec cette période-là, il y a un point d'amélioration net, c'est la qualité des logements, la taille des logements par ménages, le fait de disposer d'une salle de bain, de toilettes, d'une cuisine". Pourtant, certaines choses n'ont pas ou peu évoluées. On observe, encore aujourd'hui, un nombre important de personnes vivant dans la rue, dans des bidonvilles, et la pandémie actuelle ne fait qu'accentuer ce constat.
 

2021: la double-peine

Le rapport annuel 2021 sur le mal-logement de la Fondation Abbé Pierre fait état d'une "double-peine". La crise sanitaire et le confinement ont accentué le problème de l'hébergement en France. En effet, "être mal-logé au quotidien c'est évidemment très difficile mais quand on est tenu de rester chez soi, puisque que c'était le mot d'ordre, et que notre logement est tellement petit qu'on est à 5 dans 25m: c'est insupportable." Par ailleurs, la crise sanitaire, qui engendrera une crise économique et sociale importante, va amplifier le nombre de personnes en attente d'hébergements. "Quand on parle de bombe à retardement, c'est la baisse des ressources pour un nombre important de la population, pour ceux-là c'est des mois et des années difficiles qui s'annoncent" constate le délégué général de la Fondation Abbé Pierre.

 

"Être mal-logé au quotidien c'est évidemment très difficile mais quand on est tenu de rester chez soi, puisque que c'était le mot d'ordre, et que notre logement est tellement petit qu'on est à 5 dans 25m2 : c'est insupportable."

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don