Accueil
Conflits dans le monde : comment se positionne le Vatican ?
Partager

Conflits dans le monde : comment se positionne le Vatican ?

Un article rédigé par Baudouin de Wolbock - RCF, le 12 janvier 2024  -  Modifié le 1 février 2024
L'Invité de la Matinale « Les sujets médiatiques actuels sont dérisoires par rapport à ceux qui ne sont jamais abordés par les gouvernements » constate Bertrand Badie

Les tensions internationales s’intensifient. Entre le regain de violences en Equateur, l'expansion du conflit au Proche-Orient au Liban, le Vatican a une place géopolitique à prendre dans le monde.
 

Le rôle d'acteur international du Vatican est reconnu depuis les accords de Latran en 1929. ©bmarxdueren / Pixabay Le rôle d'acteur international du Vatican est reconnu depuis les accords de Latran en 1929. ©bmarxdueren / Pixabay

L’Etat du Vatican n’est pas membre de l’ONU. La mission diplomatique du Vatican n’a donc pas de statut de représentant permanent. Cependant, le Saint Siège occupe depuis 1964 le statut d’Etat observateur.

Une place discrète aux Nations Unies

Les Etats observateurs ont une capacité limitée à participer à l’organisation, puisqu’ils ne sont pas en mesure de voter ou de proposer des résolutions, mais ils peuvent prendre la parole et intervenir lors des réunions des Assemblées générales des Nations Unies. Le pape Paul VI fut le 4 octobre 1965, le premier souverain pontife à prononcer un discours au siège de l'ONU à New-York. “Plus la guerre, jamais plus la guerre” s'était ainsi exclamé Paul VI. Une position qui permet toutefois de relayer la parole de l’Eglise. Car l’ONU est un acteur essentiel pour la paix. C’est ce que souligne Bertrand Badie, professeur émérite à Sciences Po expert en Relations Internationales : “Il ne faut pas oublier le formidable travail fait par les institutions à orientation sociale à l'intérieur des Nations Unies comme l'OMS, le PAM ou la FAO”.

A l’ONU, le Vatican est le seul État avec la Palestine à bénéficier du statut d’Etat observateur. L’observateur permanent actuel du Vatican est le prêtre italien Gabriele Caccia en poste depuis 2019.

 

Je pense qu’il incarne cette prise de conscience humaniste des relations internationales

L’humanisme du pape au service des relations internationales

L’approche du Pape François sur ces questions peut permettre à l’Eglise catholique d’avoir du poids sur la scène géopolitique. “Je pense qu’il incarne cette prise de conscience humaniste des relations internationales” considère Bertrand Badie “Il est de plus en plus sensible à humaniser ces relations.”
Au moment d’adresser ses vœux au corps diplomatique, lundi 8 janvier, le Saint-Père a fait part de ses inquiétudes sur la prolifération des conflits dans le monde : Gaza, l'Ukraine ou le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, le pape François redoute que ce qu'il surnomme “la troisième guerre mondiale par morceaux” prenne la forme d'un véritable conflit mondial. Le corps diplomatique du Saint-Siège, constitué de 184 représentants est d’ailleurs un des plus importants au monde, puisqu’il compte plus d’ambassadeurs accrédités que les Etats-Unis : “Rome est un terrain neutre. Les ambassadeurs savent que le Saint-Siège n’est pas là pour défendre ses intérêts mais pour défendre l’humanité” souligne Jean-Baptiste Noé, directeur de la revue Conflits. En 2023, le Vatican a développé ses relations diplomatiques en ouvrant des échanges avec le sultanat d’Oman, nommant un représentant pontifical au Vietnam mais aussi en ratifiant un accord avec le Kazakhstan.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don