Accueil
Condamnation du cardinal Barbarin: "un message fort envoyé à l'Eglise de France" pour François Devaux
Partager

Condamnation du cardinal Barbarin: "un message fort envoyé à l'Eglise de France" pour François Devaux

Un article rédigé par Etienne Pépin - RCF,  -  Modifié le 26 juin 2021
3 questions à Condamnation du cardinal Barbarin: un message fort envoyé à l'Eglise de France pour François Devaux
Les victimes du père Preynat ont réagi à la condamnation du cardinal Barbarin, et à sa volonté de présenter sa démission au pape François.
podcast image par défaut

"J’ai décidé d’aller voir le Saint Père pour lui remettre ma démission". Ce sont les mots qu’a prononcé le cardinal Philippe Barbarin, jeudi 7 mars dernier, après sa condamnation par le tribunal correctionnel de Lyon à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’abus sexuels sur mineurs.

L’affaire concerne les viols perpétrés par le père Preynat sur des scouts dans les années 80. Aujourd’hui, même si l’archevêque de Lyon a décidé de faire appel, le jugement est une grande victoire pour la protection de l’enfance, selon François Devaux, président de l’association La Parole Libérée.

"C’est une victoire qui envoie un signal très fort à beaucoup de victimes et qui leur permet de comprendre qu’aujourd’hui elles sont entendues, écoutées et reconnues. C’est un message fort envoyé à l’Eglise de France, à l’Eglise du monde et au pape François. Cela va peut être les aider à se repositionner dans leur dimension un peu sacrée. Ici on est sur terre et il y a des choses qui ne sont pas acceptables" explique-t-il au micro de Jean-Baptiste Cocagne, de RCF Lyon.

Pour Laurent Duverger, lui-aussi abusé par le père Preynat, ce jugement doit permettre aux victimes de ne plus avoir peur de témoigner. "Cela clôture un combat qui a été dur. On est parti de rien. On était quelques uns seulement. Et ce combat va aujourd’hui ouvrir à la porte à de nombreuses personnes qui vont se dire qu’elles ne sont plus seules. C’est un précédent important" lance-t-il.

Pierre Emmanuel Germain Thill, une autre victime, attend désormais que le pape accepte la démission du cardinal Barbarin et que le père Preynat soit jugé. "Il faut que le pape fasse un acte fort. Lui qui nous dit que tout cela est l’œuvre du Malin. Lui qui soutient le cardinal depuis déjà des années. J’espère qu’il va faire son travail de haute autorité ecclésiastique pour stopper le travail du cardinal Barbarin. Cela paraîtrait cohérent" précise-t-il, ajoutant au sujet du père Preynat, qu’il attend "que la personne qui a abusé de nous reconnaisse les faits devant un tribunal. C’est un besoin pour les victimes de passer à autre chose".

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don