Accueil
Commentaire des textes du dimanche et Culte de Pâques
Partager

Commentaire des textes du dimanche et Culte de Pâques

Un article rédigé par Anne-Marie VERGNON - RCF Saint-Étienne,  -  Modifié le 12 avril 2020

Le pasteur Vincent Christeler pasteur de l'Eglise Protestante Unie de France assure le commentaire de ce dimanche de Pâques.
Résurrection du Christ Jésus, il est ressuscité! ''Il vit et il crut'' (Jean .20, 1-8)
''Pâques c'est notre propre résurrection ne l'oublions jamais''

Vincent Christeler pasteur de l'EPUF

 

L'Eglise Protestante Unie Saint-Etienne Forez vous propose le texte et vidéos du culte de Pâques , prédication du Pasteur Vincent Christeler

Bonjour,

C’est aujourd’hui Pâques et nous sommes toujours contraints de rester chez nous.
Nous vous proposons pour ce jour, un culte plus complet. Vous pouvez le suivre sur
papier, comme les semaines précédentes, ou le suivre en vidéo sur
www.protestants42.org/culte_de_paques.php. Nous vous proposons une « cène à
distance », nous comprenons ce que cela peut avoir d’étrange et de dérangeant ; si
cela vous perturbe trop, je vous invite à sauter ce temps et à simplement rajouter le
Notre Père à la fin de la prière d’intersession. Pour les autres nous vous invitons à
préparer un peu de pain et de vin/jus de raisin.

Vincent Christeler et George Chapman, pasteurs

Accueil et invocation
Au petit matin, elles étaient là, les femmes.
Elles avaient apporté tout ce qu'il fallait pour rendre les derniers devoirs à un mort.
Elles étaient là.
Et le tombeau était ouvert, et le tombeau était vide !
Le mort qu'elles cherchaient n'était plus là, le mort qu'elles cherchaient était vivant !
Alors, la nouvelle s'est murmurée : « Il est ressuscité ! »
Certains l'ont entendue, ils ont repris le murmure, et le murmure s'est amplifié, jusqu'à
résonner tout autour de la terre : « Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité,
Alléluia !»

Bonjour ! Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre
Père et du Seigneur Jésus-Christ !

Je suis votre nouveau pasteur, George Chapman. Vincent et moi vous
souhaitons la bienvenue à notre temps de culte en ligne pour Pâques. Nous
sommes désolés que nous ne puissions pas nous rassembler en personne pour
ce plus saint des jours, mais notre amour et notre préoccupation pour nos
prochains demandent que nous restions chez nous pour ce jour encore. Avec
l'espérance d'être bientôt ensemble. Pendant ce temps, restez en sécurité et
prenez soin de vous ! Vous êtes toujours dans nos prières.

Cantique

Proposition : ARC 237 / All 21-15 : Venez le célébrer
(https://www.youtube.com/watch?v=AWuHdp2Dy44&feature=emb_logo)
Venez le célébrer, son grand amour, venez le chanter !
Le Fils de Dieu est venu donner la vie.
Nous te fêtons, ô Roi, car tu nous fais partager ta joie
Et nous offrons, en ton honneur, un chant d’amour, Seigneur.
Venez le célébrer, célébrer, célébrer, chanter,
Célébrer, chanter notre Roi.

Venez le célébrer, célébrer, célébrer, chanter,
Célébrer, chanter notre Roi.

 
 
Louange
Louons notre Dieu :
Merci, Seigneur !

Nous te rendons grâce de tout cœur car nous savons que tu nous aimes.
Ne nous oublie pas, Seigneur, ne nous abandonne pas, notre Dieu : Tu es l'espoir de
nos vies.
Tu nous as donné ta tendresse, tu nous l'as donnée gratuitement.
Nous avons confiance en toi. Nous n'avons rien à craindre.
Si le monde entier chancelait sur ses bases, nous resterions debout et garderions
confiance.
Même si nous voyons que tout meurt autour de nous, nous sommes sûrs, nous
savons que nous ne mourrons jamais vraiment.
Car tu es avec nous et nous sommes avec toi.
Alléluia

Cantique ARC 429 / All 44-15 : C’est vers toi que je me tourne
(https://www.youtube.com/watch?v=pc9hrs6HCN4&feature=emb_logo)

1. C’est vers toi que je me tourne,
Je veux marcher dans tes voies ;
J’élève mes mains pour te rencontrer,
Mon cœur désire te chanter
Pour bénir et célébrer ton saint nom,
Car tu es fidèle et bon.

2. Mes yeux contemplent ta gloire,
Ta vie ranime ma foi,
Ta paix et ta joie inondent mon cœur,
Toi seul fais tout mon bonheur.
Je veux proclamer que tu es celui
Qui chaque jour nous bénit.

Seigneur, ô Seigneur, je veux te
donner,

Seigneur, ô Seigneur, je veux partager,
Seigneur, ô Seigneur, ton éternité.

Seigneur, ô Seigneur, ma vie à jamais.

Confession de foi

Voici la célèbre confession de foi du pasteur Martin Luther King Jr adaptée à notre
actualité… Nous pouvons lire et dire ce texte en demandant à Dieu que son Esprit
grave ces paroles d’espérance dans nos cœurs !

Aujourd'hui, dans la peur du monde et dans l'espérance de la Bonne Nouvelle,
j'affirme avec audace ma foi en l'avenir de l'humanité.

Je refuse de croire que cette pandémie mondiale rende les hommes incapables de
partage, de générosité et de solidarité.

Je refuse de croire que l'être humain n'est qu'un fétu de paille ballotté par des
décennies d’insouciances et de profits économiques, sans être capable de maîtriser
les soins de millions d’hommes et de femmes.

Je refuse de partager l'avis de ceux qui prétendent que l'homme est à ce point captif
de la bêtise, de l’égoïsme, que l'aurore radieuse de la guérison des plus vulnérables
ne pourra jamais devenir une réalité.

 
 
Je refuse de faire mienne la prédiction cynique que les peuples disparaîtront l'un
après l'autre avec la contamination du COVID-19 vers l’enfer de la destruction de
tous nos écosystèmes.

Je crois que la solidarité et l'amour sans condition auront le dernier mot
effectivement. La vie, même vaincue provisoirement, demeure toujours plus forte que
la mort.

Je crois fermement que, même au milieu de ce qui apparaît comme un désastre
humain, un chaos planétaire, il reste l'espoir d'un matin radieux. J'ose croire qu'un
jour tous les hommes et les femmes de la terre pourront recevoir l’ensemble des
protections et des soins nécessaires pour la vie de leur corps, et survivre à cette
pandémie.

Je crois également qu'un jour toute l'humanité reconnaîtra en chaque soignant, en
chaque individu solidaire envers le plus fragile de ses frères le visage de Dieu, ce
Dieu d’amour.

Je crois au dévouement plein et entier qui habitera en chaque être humain de cette
terre. Tous les habitants de notre planète pourront à nouveau vivre ensemble la
fraternité, chaque homme pourra toujours compter sur l’aide et le soutien de son
frère en humanité pour vivre en toute sérénité, et personne n'aura plus raison d'avoir
peur.

Je crois fermement que nous l'emporterons.

Cantique Psaume 42 :1-4
(https://www.youtube.com/watch?v=RSDqkWr6XOY&feature=emb_logo)

1. Comme un cerf altéré brame,
Pourchassant le frais des eaux,
O Seigneur, ainsi mon âme
Soupire après tes ruisseaux.
Elle a soif du Dieu vivant

3. Mais pourquoi pleurer, mon âme
Et frémir d’un tel effroi,
Quand celui que tu réclames
Est toujours auprès de toi ?
Tourne-toi vers ton Sauveur ;
Il apaisera ton cœur

Et s’écrie en le cherchant :

« O mon Dieu, quand donc sera-ce
Que mes yeux verront ta face ? »

Et tes chants loueront encore
Le Seigneur que tu implores.

2. Mon seul pain, ce sont mes larmes
Nuit et jour en tous les lieux ;
On se rit de mes alarmes,
On me dit : Où est ton Dieu ?
Mon cœur songe aux temps passés ;
Vers ton temple j’avançais

4. Quand les flots qui me recouvrent
Me déportent loin de toi,
Quand sous moi l’abîme s’ouvre,
O mon Dieu, soutiens ma foi !
Car ta grâce vint souvent
Dans ma nuit mettre son chant ;
A nouveau dans ma prière,
Dieu d’amour, mets ta lumière

Aux accents de la trompette,
Au milieu du peuple en fête.

 
 
Cène
a) Introduction

« Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises », proclame le
Seigneur vivant et ressuscité :
« A celui qui vaincra, je donnerai à manger du fruit de l'arbre de vie, qui est dans le
paradis de Dieu. »
« Celui qui vaincra n'aura rien à souffrir de la seconde mort. »
« A celui qui vaincra, je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou
blanc, et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, excepté
celui qui le reçoit. »
« Celui qui vaincra sera revêtu de vêtements blancs. Je n'effacerai pas son nom du
livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges. »

b) Prière.
Nous prions

Ô Dieu, associe-nous à cette victoire de ton Fils ; victoire de l'amour sur la mort ;
victoire de ta grâce sur notre désespérance ; victoire de ton règne sur tout ce qui lui
fait obstacle. Et mets toi-même dans notre cœur le cantique de ta louange victorieuse.

Cantique ARC 866 : Dieu saint, Dieu fort
(https://www.youtube.com/watch?time_continue=8&v=RQkZWlMNyq4&feature=emb_...)

1. Dieu saint, Dieu fort,

2. Dieu saint, Dieu fort,

Dieu immortel, béni soit ton nom !
Ciel et Terre sont remplis de ta gloire

Dieu immortel, béni soit ton nom !
Bénoi soit celui qui vient au nom du
Seigneur

Dieu saint, Dieu fort,
Dieu immortel, béni soit ton nom !

c) Institution

Voici, selon le témoignage de l'évangéliste Luc, comment le Christ ressuscité prit la
cène avec deux de ses disciples au premier matin de Pâques : Une fois installé à table
avec eux, il prit le pain et prononça la bénédiction ; puis il le rompit et le leur donna.
Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux. Et ils
se dirent l’un à l’autre : Notre cœur ne brûlait–il pas en nous, lorsqu’il nous parlait en
chemin et nous ouvrait le sens des Ecritures ? Ils se levèrent à ce moment même,
retournèrent à Jérusalem et trouvèrent assemblés les Onze et ceux qui étaient avec
eux, qui leur dirent : Le Seigneur s’est réellement réveillé, et il est apparu à Simon ! Ils
racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment il s’était fait reconnaître
d’eux en rompant le pain. (Luc 24 : 29-35).

d) Prière.
Nous prions :

Père, ouvre nos yeux. Nous voici comme les disciples : incapables de reconnaître ton
Fils quand il s'adresse à nous, quand il nous visite dans la personne de tous ceux que
tu nous donnes à aimer, à accueillir, à aider, à nourrir, à visiter. Comme les disciples,
nous avons besoin des signes de ta communion pour entrer dans la communion de
ton Fils et participer à celle de ton Royaume. Envoie-nous ton Esprit, pour que ces

 
 
signes nous parlent. Ils nous redisent la vie de ton Fils donnée pour nous, son corps
livré à la mort pour nous arracher à notre propre mort, sa résurrection prenant place
dans notre propre vie, pour que désormais nous puissions dire à notre tour : ce n'est
plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi. Père, fais-nous participer à cette vie et à
cette résurrection de ton Fils, et fais brûler en nous notre propre cœur, de telle sorte
qu'ayant reconnu parmi nous l'appel et la miséricorde de Jésus, notre Seigneur, nous
marchions désormais à sa suite.

e) Invitation.

La voix du Christ ressuscité nous invite : « Si quelqu'un entend ma voix et m'ouvre sa
porte, j'entrerai chez lui, je mangerai avec lui, et lui avec moi ».
Seigneur, nous sommes indignes que tu entres dans notre maison. Mais dis seulement
une parole et notre âme sera guérie.

f) Notre Père
Nous te disons ensemble :
Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta
volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Pardonne-nous nos offenses, comme
nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du Mal, Car c’est à toi
qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire Pour les siècles des siècles. - Amen

g) Présentation des espèces et communion.
Jésus dit : « Je suis le pain vivant qui est venu du ciel. Si quelqu'un mange de ce
pain, il vivra éternellement ».
« Je suis le cep et vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je
demeure porte beaucoup de fruits, car hors de moi vous ne pouvez rien faire. »

Cantique ARC 495/ All 34-17 Nous te chantons, Ressuscité
(https://www.youtube.com/watch?v=H8dxYjLOibE&feature=emb_logo)
1. Nous te chantons, Ressuscité.
Ton jour se lève sur l’humanité.
Tu sors vainqueur de l’ombre des tombeaux,
Soleil vivant des temps nouveaux.

2. Tu as ouvert pour tous les tiens
En grand la porte du très vieux jardin
Où Dieu convie les hommes pour la joie
Sous l’arbre immense de ta croix.

3. Vous qui dormez, réveillez-vous !
La nuit émet le signe de l’Époux.
Il vient chercher le peuple des croyants,
« Amen » de gloire au Dieu vivant.

 
 
h) Prière de reconnaissance.

Père, ton Fils s'est donné pour nous. Nous l'avons reconnu dans le moment même où
son absence nous le rendait présent. Maintenant, comme les disciples, nous disons :
« Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous tandis qu'il nous parlait... » tandis
qu'il nous parlait par les signes de ce pain et de ce vin partagés en mémoire de lui ?
Tu nous as fortifiés et rapprochés par cette communion. Accompagne-nous partout où
tu nous convies à t'aimer et à te servir, parmi les hommes, nos frères.

Cantique ARC 471 / All 34-18 : A toi la gloire
(https://www.youtube.com/watch?v=P1qX28DN5z0)

1. A toi la gloire,
O Ressuscité !
A toi la victoire

2. Vois-le paraître :

C’est lui, c’est Jésus,
Ton Sauveur, ton maître,
Oh ! ne doute plus !

Pour l’éternité !

Brillant de lumière,
L’ange est descendu,
Il roule la pierre
Du tombeau vaincu.

Sois dans l’allégresse,
Peuple du Seigneur,
Et redis sans cesse :
Le Christ est vainqueur ! Refr.

Refrain

3. Craindrais-je encore ?
Il vit à jamais,
Celui que j’adore,
Le prince de paix.
Il est ma victoire,

A toi la gloire,
O Ressuscité !
A toi la victoire
Pour l’éternité !

Mon puissant soutien,
Ma vie et ma gloire :
Non, je ne crains rien. Refr.

Louange : Psaume 118 (extraits)

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :

Éternel est son amour !

Le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort !
Non, je ne mourrai pas, je vivrai,
pour annoncer les actions du Seigneur.

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

 
 
Cantique

Proposition : ARC 168 / All 51-09 : Vous bondirez de joie
(https://www.youtube.com/watch?v=6cVv68ooVdI&feature=emb_logo)
Refrain
Vous bondirez de joie, vous marcherez en paix.
Montagnes et collines, éclatez de joie !

Et la nature entière et tous les arbres des champs battront, battront des mains.

Et tous les arbres des champs battront des mains,
les arbres des champs battront des mains,
les arbres des champs battront des mains,
quand Dieu vous conduira. Refr.

Prière
Dieu de tendresse,

Ne laisse pas nos soucis entraver notre marche à la rencontre du Christ éveille en
nous l'intelligence du cœur qui nous prépare à accueillir ta Parole et qui nous fait entrer
dans la propre vie de ton Fils, lui qui règne pour les siècles des siècles. - Amen

Texte biblique 1 Actes des Apôtres 10 : 37-43

[Alors Pierre prit la parole :] Vous, vous savez ce qui est arrivé dans toute la Judée,
après avoir commencé en Galilée, à la suite du baptême que Jean a proclamé :
comment Dieu a conféré une onction d’Esprit saint et de puissance à Jésus de
Nazareth qui, là où il passait, faisait du bien et guérissait tous ceux qui étaient opprimés
par le diable ; car Dieu était avec lui. Nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans
le pays des Juifs et à Jérusalem. Celui qu’ils ont supprimé en le pendant au bois, Dieu
l’a réveillé le troisième jour ; il lui a donné de se manifester, non à tout le peuple, mais
aux témoins désignés d’avance par Dieu, à nous qui avons mangé et bu avec lui après
qu’il s’est relevé d’entre les morts. Et il nous a enjoint de proclamer au peuple et
d’attester que c’est lui que Dieu a institué juge des vivants et des morts. Tous les
prophètes lui rendent ce témoignage : quiconque met sa foi en lui reçoit par son nom
le pardon des péchés.

Texte biblique 2 Colossiens 3 : 1-4

Si donc vous vous êtes réveillés avec le Christ, cherchez les choses d’en haut, où le
Christ est assis à la droite de Dieu. Pensez à ce qui est en haut, et non pas à ce qui
est sur la terre. Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu.
Quand le Christ, votre vie, se manifestera, alors vous aussi vous vous manifesterez
avec lui, dans la gloire.

Texte biblique 3 Jean 20 : 1-9

Le premier jour de la semaine, Marie–Madeleine vient au tombeau dès le matin, alors
qu’il fait encore sombre, et elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court
trouver Simon Pierre et l’autre disciple, l’ami de Jésus, et elle leur dit : On a enlevé le
Seigneur du tombeau, et nous ne savons pas où on l’a mis ! Pierre et l’autre disciple
sortirent donc pour venir au tombeau. Ils couraient tous deux ensemble. Mais l’autre
disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau ; il se baisse, voit

 
 
les bandelettes qui gisent là ; pourtant il n’entra pas. Simon Pierre, qui le suivait, arrive.
Entrant dans le tombeau, il voit les bandelettes qui gisent là et le linge qui était sur la
tête de Jésus ; ce linge ne gisait pas avec les bandelettes, mais il était roulé à part,
dans un autre lieu. Alors l’autre disciple, qui était arrivé le premier au tombeau, entra
aussi ; il vit et il crut. Car ils n’avaient pas encore compris l’Écriture, selon laquelle il
devait se relever d’entre les morts.

Prédication :

« On a enlevé le Seigneur de son tombeau et nous ne savons pas où on l’a
déposé » !

Voilà résumé l’état d’esprit des disciples au matin de Pâques. Il faut bien dire ce qui
est : Pâques a de quoi rendre perplexes même les plus crédules. La première réponse
est bien celle ici proposée : quelqu’un a déplacé le corps ! restons raisonnables.
Néanmoins, à cette nouvelle, les deux protagonistes de cette scène : Pierre et le
disciple que Jésus aimait, que par commodité nous appellerons Jean, se mettent à
courir. Si aujourd’hui, courir donne l’allure d’un sportif, il n’y a pas si longtemps encore,
c’était une perte de gravité et de dignité : on ne le faisait que dans des cas extrêmes.
Ici quelque-chose les presse, les oblige en quelque sorte à aller voir, là où justement
il n’y a plus rien à voir.
Un peintre de chez moi, Eugène Burnand a « joliment » (comme on dit chez moi) peint
cette hâte. On peut penser ce qu’on veut du style de Burnand, il faut reconnaître que
cette œuvre traduit très bien l’inquiétude chez Pierre (le barbu) et même l’espérance
chez Jean.

Pâques c’est l’intervention de l’imprévu, de l’impossible dans le tragique de nos vies ;
c’est le surgissement de la vie dans notre mort. Nous avons tellement l’habitude
d’associer la croix avec le Christ que nous ne percevons même plus l’incongruité de
cet amalgame. Nous avons tellement l’habitude que la résurrection suive la crucifixion
que nous ne sommes même plus surpris par cette invraisemblance, par cette
absurdité, par cette impossibilité. Je ne dis pas ça pour nier la résurrection, mais, au
contraire pour que cette annonce provoque en nous ce même mouvement que l’on
voit ici chez les deux disciples. Laissons-nous, à leur exemple, être perturbés. Le récit
de Jean minimise ici le rôle que les autres évangiles attribuent aux femmes, mais au
lieu d’y chercher une quelconque misogynie (possible au demeurant), essayons de
comprendre pourquoi l’évangéliste Jean a mis cette course dans son récit. Pierre est

 
 
le disciple principal de ce qu’on appelle la grande Église tandis que le disciple que
Jésus aimait est celui dont se réclame la communauté dont est issu l’évangile de Jean.
Ces deux personnages emblématiques sont ici aussi bouleversés, pleins
d’incompréhensions, de craintes et d’espérance que n’importe qui d’autre dans leur
situation.
La résurrection n’a rien d’évident. Le christianisme aurait sans doute gagné en
efficacité missionnaire sans cette annonce improbable. C’est parce qu’elle est
illogique, contre-productive, invraisemblable, dérangeante que j’y crois. Mais pour être
signifiante, pour qu’elle agisse en moi comme une force de vie, elle doit rester
invraisemblable et dérangeante. Elle ne doit jamais aller de soi. Je dois à chaque fois
me dire : ce n’est pas possible, c’est n’importe quoi !
Je dois toujours ressentir au fonds de moi cet éclat d’incompréhension et d’espoir que
l’on perçoit à l’annonce d’une bonne nouvelle : non, c’est trop beau pour être vrai.
L’annonce de la Résurrection doit toujours provoquer en nous un vertige. La joie et la
surprise doivent nous inonder lorsque nous disons ou entendons : Christ est
ressuscité, il est VRAIMENT ressuscité, il est vivant.
La foi chrétienne n’est pas une gnose, une religion dans laquelle c’est la connaissance
et les rites de passages qui sauvent. Nous ne sommes sauvés ni par notre baptême,
ni par la connaissance de notre sauveur ou de la Bible. Ce qui nous sauve, c’est d’être
passé par la mort et d’être ressuscité avec Christ, comme nous le rappelle l’épître aux
Colossiens. C’est de mourir à nos illusions, à nos fausses certitudes et de voir là où il
n’y a rien à voir, de se laisser étonner et ébranler par notre espérance et avec du vieux
faire du neuf, de vivre à nouveau grâce à des paroles anciennes. Nous avons besoin
d’être surpris, bousculés ! Ce ne sont pas uniquement des paroles qui peuvent y
réussir. Il faut que les évènements de la vie, de notre vie, nous obligent à ressentir et
ce besoin et cette réalité de résurrection. Pour percevoir la résurrection, nous devons
la vivre et pour la vivre nous devons y croire. De la foi nait la vie. Pour les protestants,
chaque jour peut être Noël, vendredi saint ou Pâques, incarnation, mort et résurrection.
Chaque jour doit être Noël, vendredi saint et Pâques. Dieu ne vit pas au rythme des
saisons ou du calendrier liturgique, Dieu vit au rythme de notre propre vie, de notre
mort et de notre résurrection. Il nous donne cette chance de pouvoir vivre nous aussi
à son rythme.
Si l’histoire se terminait à la croix, nous aurions un maître de sagesse à suivre, une
morale à accepter. Mais voilà, l’histoire de Jésus ne s’arrête pas à vendredi saint, pour
laisser la place à l’histoire de l’Église, non l’histoire de Jésus continue. Pâques est là
pour nous rappeler que Jésus n’est pas prisonnier du passé, dans lequel nous
aimerions le contenir, il continue de vivre et de dénoncer nos injustices et nos
comportements faux. Pâques est l’annonce que la Vérité n’est pas une chose établie
et statique, mais une force de Vie que nul ne peut confisquer. Pâques est le rappel
constant que le Christ n’est pas là où nous le cherchons, où nous pensons qu’il est,
où il devrait être !

Pâques est le moment privilégié de nous débarrasser de nos certitudes, de nos
évidences : ce qui est possible ou ne l’est pas. Tout ce qui fait que le dieu que nous
trimbalons avec nous est un dieu mort, un Dieu dont les paroles sont mortes elles-
aussi et qui ne peuvent que juger et condamner les autres, et nous avec ! Seuls les
vivants peuvent agir, peuvent pardonner. Jésus Christ est vivant. Jésus-Christ est
ressuscité, il est vraiment ressuscité ! En fait une meilleure traduction devrait affirmer
 
 

 
 
il a été ressuscité. Car c’est Dieu qui a ramené son Fils à la vie comme le rappelle
Pierre dans le livre des actes : « Dieu lui a rendu la vie le troisième jour ». Ce n’est pas
par sa force personnelle ou sa justice que Christ est revenu du séjour des morts, mais
parce que son Père l’en a ramené ! Dieu est le Seigneur de la vie, des vivants, pas
celui des morts. La résurrection du Christ nous invite à notre propre résurrection. A
nous ouvrir à l’action vivifiante, régénérante de l’amour de Dieu pour ses enfants. A ne
pas nous laisser momifier dans nos habitudes, mais à revenir à la vie véritable, la vie
avec le Christ, la vie en Dieu !
Mais Pâques c’est aussi la victoire de Dieu sur les forces d’oppressions. C’est le refus
de ce que la violence ait le dernier mot et que le désespoir et la désespérance
bouchent à tout jamais l’horizon de ceux qui recherchent le royaume. Pâques, c’est la
victoire sur la mort et le « oui » à la vie.
C’est le fondement de la foi chrétienne : le surgissement de l’inattendu, de
l’improbable, de l’impossible dans notre vie. Mais que signifie cette résurrection ?
Ouverture sur l’avenir, promesse de pardon, signe d’une vie nouvelle, invitation à une
spiritualité vivante. Pâques est la fête de la vie, La fête Chrétienne par excellence.
Malgré tous nous doutes et notre incompréhension, Christ est ressuscité, il est
vraiment ressuscité ! La vie spirituelle renouvelée à laquelle nous sommes appelés est
une vie, non pas gouvernée par des codes, des lois, des règlements, mais ouverte à
l’Esprit de Dieu et à la puissance de son action, au Souffle de Dieu qui dépoussière
nos vies encombrées de nous-mêmes. Une vie enracinée en Dieu, et non dans les
idées, fausses, que nous avons de lui et qui nous tuent, spirituellement. Pâques est
notre propre résurrection, ne l’oublions jamais !

Amen

Cantique

Proposition : ARC 485 / All 34-26 : 1-3 Christ est vraiment ressuscité
(https://www.youtube.com/watch?v=QwZe197fRXw&feature=emb_logo)

11. Christ est vraiment ressuscité !
Ne cherchons plus à la tombe.
Il est vivant dans la gloire.

3. Christ est vraiment ressuscité !
Il nous appelle à renaître
Selon l’Esprit du Royaume.
Alléluia ! alléluia ! alléluia !

Alléluia ! alléluia ! alléluia !

2. Christ est vraiment ressuscité !
Le premier-né de ce monde
A demeurer près du Père.

Alléluia ! alléluia ! alléluia !

Prière d’intercession
Notre Père,

Tu es là au cœur de nos vies meurtries, lasses de ce confinement qui nous semble
durer depuis une éternité, déboussolées par des informations stressantes.
Tu es pourtant là. Même si nous ne cherchons pas à te voir, même si nous préférons
écouter la part de nous -même qui veut céder, à la colère, à l’angoisse, au
découragement, Tu es là.

Source de vie, de paix, d’amour, Toi tu ne te décourage pas, et ta patience n’a pas de
limite. Sans cesse tu nous invites à nous détourner de ce qui nous appelle à mourir,

 
 
et à faire le choix de la vie, de Ta vie. Calme nos craintes, qu’elles soient pour nos
proches, pour nous-mêmes, pour notre planète. Ce ne sont pas nos inquiétudes qui
prolongeront nos vies. Mais c’est dans le calme et la confiance en Toi que nous
l’emporterons. Que ceux qui ne peuvent plus sortir de chez eux soient remplis de ta
paix, et que ceux qui doivent sortir tous les jours pour travailler se sentent remplis de
ta force.
Guéris nos cœurs. Tu ne brises pas le roseau qui ploie, tu n’éteints pas la mèche qui
fume encore. Que ton souffle de vie fasse briller ta lumière, et qu’aucune part d’ombre
ne reste en nous. Guéris nos corps. Que ta force de vie l’emporte sur toutes nos
souffrances. Que ceux qui sont malades restent confiants, et que ceux qui les soignent
restent plein de vigueur.

Tu es là. Et nous nous déchargeons sur toi de tous nos soucis. Tu es vivant ! Rien ne
peut nous séparer de l’amour que tu nous as donné.
Amen

Bénédiction

Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? Il n'est pas ici, mais il
est ressuscité.

Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ! Je le répète : réjouissez-vous !
Que votre douceur soit connue de tous les Hommes. Le Seigneur est proche.
Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu
par des prières et des supplications, dans une attitude de reconnaissance.
Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre, gardera votre cœur
et vos pensées en Jésus-Christ.

Il est ressuscité ! Alléluia ! Amen.

Cantique

Proposition : ARC 624 / All 47-03 : Dans toutes nos détresses
(https://www.youtube.com/watch?v=JwtL6LAZkbc&feature=emb_logo)

1. Dans toutes nos détresses,
Dieu nous protégera.

3. Croyons en la parole
Du Dieu de vérité ;

Soyons dans l’allégresse,
Le Malin s’enfuira.

C’est lui qui nous console,
Nous rend la liberté.

Il est perdu d’avance

Il nous montre la route
De justice et de paix,
Et malgré tous nos doutes
Nous fait siens à jamais.

Malgré fureurs et cris,
Car la Toute-puissance
A pour nom Jésus-Christ.

2. Il promet la victoire,
Le Seigneur, le Dieu fort,
Et son règne de gloire
Triomphe de la mort.
Si l’enfer plein de haine
Redouble de fureur,

4. Pleins de reconnaissance,
Louons notre Seigneur ;
Peuple de son alliance,
Ayons la joie au cœur !
Il est toujours le même,
Hier, aujourd’hui, demain.
Il combattra lui-même,
Nous sommes dans sa main.

Bientôt sa force vaine
Connaîtra son erreur.

Bon dimanche à tous et joyeuses Pâques !

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don