Accueil
Climat : Arcellor Mital vise la décarbonation à Dunkerque

Climat : Arcellor Mital vise la décarbonation à Dunkerque

RCF, le 22 janvier 2024  -  Modifié le 22 janvier 2024
Le dossier de la rédaction Nouvel élan pour la décarbonation : illustration dans le pays de Dunkerque

Le groupe de sidérurgie Arcelor Mittal va bénéficier du soutien de l’état à hauteur de 850 millions d’euros pour son usine de Dunkerque. Il s’agit de décarboner la production d’acier en supprimant la dépendance au charbon dans les hauts fourneaux et en modernisant les processus de fabrication à grande échelle. 

Usine Arcelor Mittall près de Dunkerque. Crédit photo : Clément Martin/Hans Lucas Usine Arcelor Mittall près de Dunkerque. Crédit photo : Clément Martin/Hans Lucas

La décarbonation de l’industrie française connaît un nouvel élan, en ce début 2024. Le 15 janvier, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, et Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique, ont annoncé débloquer 850 millions d'euros en faveur du groupe ArcelorMittal pour son site près de Dunkerque. L’enveloppe est destinée à réduire de 35 % les émissions CO2 du sidérurgiste. Elle permettra d’accompagner l’industriel pour construire de nouveaux équipements dans son usine nordiste. Ces nouvelles installations fonctionneront à l'électricité et au gaz, et remplaceront un de ses hauts fourneaux fonctionnant au charbon. 

Fin du charbon ?

« Pour fabriquer de l’acier, il faut commencer par enlever les atomes d’oxygène du minerai de fer. Ensuite on doit fondre ce fer purifié pour avoir du fer liquide. Traditionnellement, cela se fait avec un haut fourneau. Ce procédé consomme du charbon comme énergie de base. Demain continuera à transformer ce minerai de fer, mais avec d’autres énergies gaz et hydrogène » explique Emmanuel Deneuville, Program Controls Manager chez Arcelor Mittal France.

Plus d'acier recyclé

La seconde étape concerne le processus industriel lors du passage du fer dans le convertisseur où l’on peut rajouter de l’acier usagé. « On va doubler cette quantité recyclée dans notre recette. Mais pour aller au-delà, il nous faut des fours électriques pour fondre cet acier avec de l’énergie décarbonée. » précise Emmanuel Deneuville.

Captation du CO2

La troisième étape de la décarbonation pour le sidérurgiste ArcelorMittal, c'est la captation du CO2 résiduel émis dans l'atmosphère. Ce processus concerne d'autres industriels du Dunkerquois, comme les producteurs de ciment ou de chaux. « Nous allons utiliser le procédé cryocapt qui utilise de l’électricité pour capter ce CO2. Le gaz sera ensuite vers un hub où il sera liquéfié avant d’être emmené vers des sites de stockage en mer du Nord. » indique Yves Boraccino, directeur du fabricant de chaux Lhoist.

Pour cette année 2024, ArcelorMittal espère obtenir les autorisations d'exploitation pour son projet Les fours et l'unité de réduction directe du fer devraient commencer à fonctionner en 2027. L'usine fait partie des 50 sites industriels les plus émetteurs de gaz à effet de serre en France.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don