Accueil
Cher : le département vote une aide alimentaire pour les étudiants
Partager

Cher : le département vote une aide alimentaire pour les étudiants

Un article rédigé par Guillaume Martin-Deguéret - RCF en Berry,  -  Modifié le 9 février 2021
Rassemblés pour une assemblée exceptionnelle, le conseil départemental du Cher a attribué à l'unanimité 30 000 euros pour l'épicerie étudiante de Bourges, gérée par la Banque Alimentaire.
ESOPE ESOPE

C'est connu, les étudiants ne sont pas réputés pour avoir des réfrigérateurs bien garnis, mais la crise sanitaire a accentué encore leur précarité et il devient de plus en plus difficile pour eux de faire leurs courses et donc de se nourrir correctement. Alors pour soutenir les étudiants du Cher, le conseil départemental a voté hier une aide de 30 000 euros, débloquée au moins pour les trois prochains mois.

Cette aide va prendre concrètement la forme de bons d'achats de 1 ou 5 euros à utiliser dans l'épicerie ESOPE (une épicerie sociale uniquement pour étudiants et jeunes travailleurs) à Bourges une fois par semaine et sous conditions de ressources. Cela peut paraître peu, mais pas pour Michel Autissier : "un panier entre 5 et 10 euros c'est un panier plein chez ESOPE" rappelle le président du département du Cher. En effet, sur les étals de l'épicerie berruyère les prix ne peuvent pas dépasser 25% de leur tarif moyen dans le commerce. L'aide "permettra aussi d'élargir la gamme des produits fournis à ESOPE. En matière de produits frais, de produits d'hygiène... et de donner un complément pour ceux qui ont un peu plus de moyens pour sortir de cette difficulté... passagère on l'espère" assure Michel Autissier, avec une note d'optimisme.


RCF - Les étudiants pourront utiliser des bons pour leurs courses.

"Incitons les à venir ! Qu'ils ne soient pas dans la misère !"

Ils sont environ 1 000 étudiants à être inscrits à l'épicerie étudiante à Bourges. Dans ce contexte difficile Lylian Lasnier, le président de la Banque Alimentaire du Cher est inquiet pour eux : "Oui je suis inquiet.. on est un petit peu au jour le jour" prévient Lylian Lasnier, arrivé en novembre dernier à la tête de l'association. Il avance quelques chiffres glaçants : "Pour la moitié de nos étudiants, à l'heure actuelle, il leur « reste à vivre » moins de 4 euros à la fin du mois... Quand il vous reste moins de 4 euros pour vivre... vous comprenez la difficulté ? Et pour l'autre moitié de ces étudiants c'est zéro !"

D'autant que de nombreux petits boulots que pouvaient faire les étudiants pour arrondir leur fin de mois ont disparu à cause de la crise sanitaire, notamment dans le domaine de la restauration. Résultat, certains d'entre eux ont basculé dans la précarité mais n'osent pas demander de l'aide : "J'ai une stagiaire qui est venue dernièrement et qui m'a dit « je pourrais bénéficier de l'épicerie ESOPE mais j'ai peur qu'on me voit venir demander cette aide » " raconte Lylian Lasnier, avant d'insister : "Il faut franchir ce pas et c'est plus difficile pour certains. Incitons les à venir ! Qu'ils ne soient pas dans la misère !"

Le conseil départemental  va mettre en place un dispositif similaire à Vierzon via l'épicerie EPICEA et le CCAS (centre communale d'action sociale). Pour les quelques étudiants de Saint-Amand-Montrond, les aides se feront au cas par cas.

Plus d'informations à partir du 15 février ici.

Reportage

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don