Accueil
Cannabis médical: "Sans le cannabis, j’aurai été submergé par mes problèmes de santé"
Partager

Cannabis médical: "Sans le cannabis, j’aurai été submergé par mes problèmes de santé"

Un article rédigé par Clara Gabillet - RCF,  -  Modifié le 23 mars 2021
Le dossier de la rédaction Cannabis médical: "Sans le cannabis, j’aurai été submergé par mes problèmes de santé"
Pour la première fois en France, le cannabis médical va être expérimenté sur 3000 patients volontaires, souffrant de cancer, de sclérose en plaque, d’épilepsie... Elle va durer deux ans.
DR DR

Parmi ceux qui attendent l'expérimentation, il y a Bertrand Rambaud. Cet homme de 60 ans milite avec son association l’Union francophone pour les cannabinoïdes en médecine (UFCM-I care), en faveur du cannabis thérapeutique. Il est séropositif depuis près de 40 ans et intolérant à ses traitements antirétroviraux. Alors après avoir essayé plusieurs médicaments pour soulager les effets secondaires, il est passé au cannabis. "C’était la seule solution pour que je puisse prendre mes traitements et continuer des activités normales. Le cannabis m'aide à dormir, à manger, c'est aussi bon pour mon moral. Sans le cannabis, j’aurai été submergé par mes problèmes de santé et j’aurai lâché. C’est les traitements qui me maintiennent en vie mais le cannabis me permettant de prendre ces traitements, ça a changé ma vie", témoigne-t-il.

Ça lui a aussi apporté des ennuis judiciaires. Même à visée médicale, la consommation de cannabis est interdite en France. Il doit s’en procurer aux Pays-Bas. En 2014, Bertrand Rambaud est condamné, il est alors dispensé de peine, notamment en raison de sa maladie. 

Les effets du cannabis médical sur notre santé

Ce sont les molécules du cannabis qui peuvent être bénéfiques pour certains malades. "Le cannabis médical contient plusieurs substances, notamment le tétrahydrocannabinol, le THC et le cannabidiol, le CBD. Elles vont agir sur le cerveau mais pas uniquement. On a dans notre corps le système endocannabinoïdes qui explique pourquoi la plante cannabis a des effets sur nous. Elle a des effets sur le cœur, sur les os. C’est n’est pas uniquement psychotrope", explique le Professeur Nicolas Authier, médecin psychiatre. C’est lui qui pilote cette expérimentation à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). 

Un mode d'administration sûr

Dans ce grand test, le cannabis médical sera administré de différentes façons. Il y aura des huiles à mettre sous la langue ou des gélules. Et il y aura la vaporisation. Le principe est le même que dans les cigarettes électroniques. Les patients mettent la fleur de cannabis à l’intérieur puis avec l’effet de la vapeur d’eau, peuvent l’inhaler. C’est totalement différent de fumer un joint. Ici il n’y a pas de tabac. Le dioxyde de carbone est éliminé. On appelle ça la décarboxylation.

Il y a quand même des effets secondaires comme des troubles digestifs ou l’augmentation du rythme cardiaque. Au niveau de l’accoutumance, les risques sont limités. C’est le THC qui donne cette dépendance mais la molécule est contrebalancée par celle du CBD qui n’est pas du tout addictive. "Il n’y a aucun risque d’addiction. Vous avez un ratio entre le THC et le CBD qui fait qu’il n’y a pas d’appétence et d’ivresse. Vous avez plus de risque en prenant de la codéine que du cannabis médical", affirme le Professeur Amine Benyamina, addictologue et président de la Fédération française d'addictologie.

Vers une légalisation du cannabis médical ?

Cette expérimentation pourrait potentiellement déboucher sur une légalisation du cannabis médical. L’objectif de l’expérimentation, ce n’est pas de prouver que le cannabis médical fonctionne, ce qui est déjà étudié. C’est plutôt d’évaluer l’accès au cannabis médical pour les patients qui en ont besoin. Au bout des deux années, si c’est concluant, il pourrait être pleinement autorisé en France, comme au Royaume-Uni ou en Allemagne. "L’objectif, si ça fonctionne c’est de légaliser le cannabis médical. On pourrait avoir un changement de loi qui autorise la prescription et l’usage du cannabis médical. Cela pourrait être souhaitable pour des patients", précise le Pr Nicolas Authier.

Pour l’heure, c’est illégal en France et la production aussi. Ce sont des entreprises étrangères qui ont été sélectionnées par l’ANSM pour fournir gratuitement ce cannabis. Il y a par exemple les multinationales canadiennes Tilray ou Aurora. 

Cette expérimentation représente donc un espoir pour les professionnels du secteur en France. Si le cannabis médical venait à être légalisé, une filière française pourrait voir le jour. "On attend que cette filière française du cannabis médical puisse se développer donc que cette expérimentation française soit mise à profit. On a vu dans le contexte du Covid que quand la production du médicament est éloigné, ça peut provoquer des problèmes. Une filière locale de proximité serait judicieuse", assure Aurélien Delecroix, président du Syndicat du Chanvre, actif sur cette question.

L'expérimentation devrait potentiellement débuter dans 210 structures hospitalières ce vendredi 26 mars. Au plus tard, le 31 mars. Elle durera deux ans.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Le dossier de la rédaction © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Le dossier de la rédaction

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don