Accueil
Brigitte Bourguignon dans le Cher : « Je n'ai pas besoin d'une loi pour agir ! »
Partager

Brigitte Bourguignon dans le Cher : « Je n'ai pas besoin d'une loi pour agir ! »

Un article rédigé par Guillaume Matin-Deguéret - RCF en Berry, le 17 février 2022  -  Modifié le 9 février 2024
Emissions spéciales Reportage : Visite de Brigitte Bourguignon à l'EHPAD de Bellevue à Bourges

La ministre Brigitte Bourguignon était à Bourges ce jeudi 17 février. Elle a visité les résidences de Bellevue, alors que la situation dans les maisons de retraite est au cœur de l'actualité depuis la polémique autour du groupe Orpéa. Bellevue lui est le troisième plus grand EHPAD de France, avec plus de 600 résidents.

Brigitte Bourguignon à l'EHPAD de Bellevue à Bourges © RCF - Guillaume Martin-Deguéret. Brigitte Bourguignon à l'EHPAD de Bellevue à Bourges © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

Quand nous tendons notre micro pour demander à Jean comment il se sent à l'EHPAD de Bellevue, il nous parle des différentes activités qui sont organisées, des ateliers chanson au passage du Tour de France à Bourges l'été dernier : « C'était le 2 juillet exactement ! », se souvient le retraité de 76 ans, qui garde un beau souvenir du passage de la Grand Boucle en Berry. Puis, à l'incitation des personnels encadrants, il pousse la chansonnette, sourire aux lèvres. Un petit air qu'il a appris ici, ça fait 4 ans qu'il est installé à Bellevue et il se sent bien : « Oui, on est pas mal... il y a une bonne ambiance ! ».  Jean a le sentiment d'être bien entouré : « Il y a quand même des femmes compétentes, qui s'occupent bien de nous. »

 

On travaille en équipe, on est très bien avec les résidents, on a du monde, des effectifs. Ils ne sont privés de rien.


Le livre "Les Fossoyeurs" de Victor Castanet a jeté une lumière crue sur la situation dans certaines maisons de retraite du pays, entre manque de moyens, de personnels et de temps pour s'occuper des personnes âgées. « Ce n'est pas le même accompagnement ici qu'on a vu dans le livre », assure Fatiha, une soignante de l'établissement. « On travaille en équipe, on est très bien avec les résidents, on a du monde, des effectifs. Ils ne sont privés de rien », ajoute-t-elle. Une autre soignante nous interpelle : « La priorité, c'est le résident, donc ce n'est pas grave si on est en retard sur notre planning ». Fatiha insiste : « Mais jamais on fait le travail "à l'arrache", jamais ! »

 

La ministre échange avec la directrice de l'EHPAD de Bellevue © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

La loi "grand âge" repoussée aux calendes grecques ?


Au-delà de la polémique autour du groupe privé Orpéa c'est tout le système de prise en charge des personnes âgées qui est remis en cause et ce n'est pas nouveau. Emmanuel Macron avait promis une loi "grand âge" durant le quinquennat mais elle a finalement été remisée au placard : « Je n'ai pas besoin d'une loi pour agir ! » assume Brigitte Bourguignon, ministre déléguée en charge de l'autonomie des personnes âgées. « Il y a eu une loi en 2015, elle n'a pas donné les moyens. Moi, je préfère donner des moyens, dans l'urgence comme on est en train de le faire, dans les revalorisations du personnel et dans les moyens matériels d'un établissement. Je préfère ça, à travers du financement, qu'une loi dans laquelle on met des grands slogans, mais pour laquelle il n'y a aucun moyen », tranche la ministre. 

 

La ministre a terminé sa visite de Bellevue par un discours devant certains professionnels et résidents © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.


L'EHPAD de Bellevue va profiter des financements évoqués, au total : 42 millions d'euros sur 12 ans. La ministre veut également mettre en avant la création de la 5e branche de la sécurité sociale lancée l'été 2020 : « 30 milliards, consacrés à l'autonomie », rappelle Brigitte Bourguignon.


Si les personnels et résidents que nous avons rencontrés lors de la visite de la ministre à Bellevue assure que tout se passe bien dans l'établissement, ce n'est pas le cas partout dans le Cher. 4 EHPAD, sur les 42 que compte le département, sont dans le viseur des autorités et devraient recevoir prochainement une inspection surprise.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don