Accueil
Bourges : la gauche est de retour aux affaires
Partager

Bourges : la gauche est de retour aux affaires

Un article rédigé par Guillaume Martin-Deguéret - RCF en Berry,  -  Modifié le 29 juin 2020
Avec 54,95% des suffrages, Yann Galut a remporté hier son duel face à Philippe Mousny pour la Mairie. Une victoire qui met fin à 25 ans de disette pour la gauche à Bourges.
Yann Galut remonte victorieusement la rue Moyenne entouré de ses proches, intimes et politiques - RCF - Jean-Michel Athomas Yann Galut remonte victorieusement la rue Moyenne entouré de ses proches, intimes et politiques - RCF - Jean-Michel Athomas

L'ambiance était à la fête hier soir place Planchat. Devant son QG de campagne, Yann Galut (PS) est monté à la tribune, accueilli par la clameur d’un public venu nombreux saluer son champion. Avec près de 55% des suffrages, le candidat du rassemblement de la gauche et des écologistes a pu prendre la mesure de la portée de sa victoire. Dans son discours, l'ancien député socialiste en a profité pour rendre un hommage à Jacques Rimbault, accompagné de quelques applaudissements. Une image forte, tant la figure de l'ancien maire communiste de Bourges (1977 à 1993) est toujours présente dans l'imaginaire collectif de la Gauche berruyère qui, depuis sa mort, semblait condamnée à enchaîner les défaites. Il lui aura fallu 25 ans pour renverser la vapeur.


La foule est venue nombreuse hier soir place Planchat pour écouter le discours de la victoire de Yann Galut

Rendez-vous est donné dans deux semaines

Après avoir réussi à rassembler largement sa famille politique et à convaincre les électeurs de son projet, Yann Galut annonçait déjà hier la couleur : "Je serai le maire de toutes les berruyères et de tous les berruyers. Je serai le maire de leur quotidien, qui s'occupera concrètement d'eux. Mais je serai aussi l'avocat de Bourges pour défendre la ville au niveau départemental, régional et national !" Avant de rappeler, euphorique, les principaux axes qu'il veut donner à son mandat : "Nous ferons de Bourges une ville plus citoyenne, plus écologique et plus solidaire !" Visiblement pressé d'enfiler l'écharpe tricolore, le futur maire donnait déjà rendez-vous aux berruyers : "Nous nous mettrons au travail immédiatement ! Je vous donne rendez-vous dans 15 jours, pour vous annoncer ma première mesure extrêmement forte pour Bourges. Vous aurez une surprise !"

La joie d'Irène Félix

Remontant victorieusement la rue Moyenne aux côtés de Yann Galut et de tout ce que la gauche compte de figures à Bourges, Irène Félix (DVG) ne cachait pas sa joie et l'émotion se lisait sur son visage. Celle qui a longtemps été la figure de l'opposition à Bourges connaît bien les joutes municipales. Mais après deux défaites en tant que tête de liste en 2008 et 2014, elle pouvait enfin goûter à la victoire : "Beaucoup de bonheur ! Beaucoup de bonheur vraiment... C'est un bon moment ! J'attendais ça depuis très longtemps, mais ce sont les berruyers qui attendaient ça [...] qu'on arrive à gagner, tous, à gauche !".  Irène Félix est désormais tournée vers la suite : "Cap sur l'agglomération ! Cap sur un autre rassemblement [...]. Je veux être la présidente de toute l'agglomération, avec toutes les communes et les élus communautaires [...]. C'est un autre rassemblement qu'on va construire !"


Franche étreinte entre Yann Galut et Irène Félix après la victoire : tout un symbole.

Philippe Mousny assume son nouveau rôle

De l'autre côté de l'échiquier politique, l'ambiance n'était évidemment pas la même. Avec 45,05% des suffrages, Philippe Mousny (LR) a raté son pari. Après avoir fusionné sa liste avec celle de Pascal Blanc (MR), Le candidat de l'union de la droite et du centre a dû composer avec l'absence du maire sortant pour la dernière ligne droite de la campagne. Malgré tout, l'ancien adjoint au travaux, restait bon joueur : "Je félicite Yann Galut pour cette victoire [...]. Moi, ce qui m’intéresse maintenant, c'est que Bourges retrouve la place que cette ville mérite, et je ferai tout pour soutenir le futur maire si ça va dans l'intérêt général".

Devenu de fait le nouveau chef de file de l'opposition municipale, Philippe Mousny assume son nouveau rôle, pointant du doigt certains projets de la future majorité : "Je crois qu'il y a des propositions qui ne sont pas tenables, ou si elles sont tenables, ce sera hélas au détriment du rayonnement et de l'attractivité de Bourges. Il y a peut-être des points sur lesquels on peut être inquiet mais je serai vigilant. [Yann Galut] devra faire face à une opposition constructive."

Forte de ses 38 sièges obtenus au Conseil Municipal (contre 11 pour Philippe Mousny) la liste de Yann Galut a désormais toutes les clefs en main pour ouvrir un nouveau chapitre de l'Histoire de la gauche à Bourges. De quoi enfin tourner la page Jacques Rimbault ?

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don