Accueil
Bourges : Des habitants du quartier de l'aéroport pourraient ne pas se chauffer cet hiver
Partager

Bourges : Des habitants du quartier de l'aéroport pourraient ne pas se chauffer cet hiver

Un article rédigé par Guillaume Martin-Deguéret - RCF en Berry, le 2 novembre 2022  -  Modifié le 8 janvier 2024
Emissions spéciales Précarité énergétique dans les HLM de Bourges

Cela fait plusieurs années que les habitants des HLM de la Cité-Jardin à Bourges se plaignent de la mauvaise isolation de leurs logements qui fait grimper leurs factures de chauffage. Alors que les prix de l'énergie explosent, ils demandent des travaux d'urgence.

Les locataires des HLM de la Cité-Jardin sont inquiets pour l'hiver qui arrive © RCF - Guillaume Martin-Deguéret. Les locataires des HLM de la Cité-Jardin sont inquiets pour l'hiver qui arrive © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

Soleil et températures qui dépassent les 20 degrés : Ces derniers jours en Berry, il n'était pas vraiment question de chauffage. Comme dans toute la France, l'été ne semble pas vouloir se terminer, octobre 2022 ayant été le mois d'octobre le plus chaud jamais enregistré en France. Pourtant, le mercure va bien finir par redescendre, et il sera l'heure de rallumer le chauffage... Mais peut-être pas pour tout le monde. L'inflation des prix de l'énergie pèse sur les ménages, et notamment sur les plus faibles revenus. Les locataires des HLM de la Cité-Jardin dans le quartier de l'aéroport à Bourges (355 appartements et 99 pavillons) se plaignent de la mauvaise isolation extérieure de leurs logements et du coût de leurs factures depuis plusieurs années. Ils demandent à Val de Berry, l'Office Public d'Habitat du Cher, des travaux d'urgence.

 

Difficile d'atteindre plus de 18 degérs chez Pierrette © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

Précarité énergétique


Dans son pavillon d'une cinquantaine de mètres carrés où elle habite depuis 10 ans, Pierrette a installé des rideaux là où elle a pu et des plaques isolantes derrière les radiateurs pour garder au maximum la chaleur. L'hiver dernier, elle a payé environ 200 euros de chauffage par mois, pour atteindre péniblement... 18,5°C : « On a très froid ! » Explique la locataire. « Ce n'est pas supportable... Les autres années, je me mettais une couverture autour de la taille, plus un manteau. Mais avec l'augmentation des coûts de l'énergie, cet hiver, je ne sais pas comment je vais faire ». Pierrette ne voit qu'une solution : « Je ne vais pas me chauffer ».

 

Un pavillon de la Cité-Jardin à Bourges © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

Des factures qui explosent


Bénéficiaire du RSA, Pierrette envisage d'allumer les radiateurs, uniquement quand ses petits-enfants seront de passage. À quelques mètres de là, dans le pavillon voisin, c'est la même chose. La facture de gaz d'Annick lui a coûté 1 600 euros pour 6 mois l'hiver dernier, avec 18°C au thermomètre : « Si je mets au-dessus, c'est des notes de 2 200, 2 400 euros ! ». Sans compter les problèmes d'infiltration : « À cause du toit, qui est fissuré de partout. Dans ma cage d'escalier, j'ai une fenêtre qui est toute moisie, il faut la changer et la mettre en double vitrage, mais ce n'est pas fait, donc le papier, c'est pourri, c'est moisi, tout ce qu'on veut. »

 

Les infiltrations abîment notamment le papier peint © RCF - Guillaume Martin-Deguéret.

 

La représentante des locataires, Claudie Henry appelle Val de Berry à agir rapidement : « On demande une isolation thermique par l'extérieur. C'était prévu en 2025, mais suite aux actions menées, les travaux ont été avancés en 2024... Nous, on dit qu'il faut le faire tout de suite ! Les locataires de la Cité-Jardin, ce sont des gens qui ont des petits revenus, et on ne peut pas les laisser vivre dans de telles conditions. Il y aura des conséquences sur l'état de santé des locataires. »


Contacté, Val de Berry nous a répondu par mail indiquant regretter « La hausse globale des prix du gaz et de l'énergie qui induit une tension compréhensible » et explique aller « au plus vite » pour lancer ces travaux mais que les « délais légaux et nécessaires à la sécurité de nos locataires restent incompressibles ».

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don