Accueil
Birmanie: les minorités chrétiennes menacées après le coup d'État militaire
Partager

Birmanie: les minorités chrétiennes menacées après le coup d'État militaire

Un article rédigé par Pauline de Torsiac - RCF,  -  Modifié le 25 juin 2021
L'actu chrétienne Birmanie: les minorités chrétiennes menacées après le coup d'État militaire
En Birmanie, l'armée a brutalement mis fin la semaine dernière à la fragile transition démocratique du pays. Les minorités chrétiennes pourraient faire les frais de la situation.
podcast image par défaut

La junte militaire a effectué un coup d’État il y a tout juste une semaine. Dans la foulée, l’armée a décrété l’état d’urgence pour un an, assigné à résidence Aung San Suu Kyi et depuis huit jours les arrestations de personnalités politiques et de militants se multiplient. Une situation préoccupante pour les minorités chrétiennes du pays, notamment les catholiques. "On est très inquiets de ce qui se passe car ce pays qui était sur la voie de la démocratie. La situation était déjà tendue et là avec le coup d’État, le pays risque de se refermer comme une huître", confie Thomas Oswald, journaliste à l’Aide à l’Eglise en détresse (AED).

Une voix pour faire entendre la cause des minorités

C’est dans ce contexte que l’archevêque de Rangoun et président de la conférence des évêques birmans a appelé à rétablir la démocratie par la voie du dialogue. Dans un message publié après le coup d’État de la junte militaire, le cardinal Bo a lancé un appel au calme et à ne pas céder à la violence. Le cardinal Bo est une voix pour faire entendre la cause du peuple birman et de ses minorités. "Il n'est pas dupe du message de la junte", affirme Thomas Oswald.

L'Église catholique, un point structurant

L'Église catholique veut faire entendre la voix du peuple birman. Avec ses 850.000 fidèles et ces 850 prêtres, elle représente environ 1% de la population. Les catholiques sont peu nombreux mais dynamiques sur le terrain. "C’est une Église dynamique qui a beaucoup d’importance pour les minorités. Elle est le point structurant du village, elle structure ces sociétés", explique le journaliste.

Après le coup d’État, l’évêque auxiliaire de Rangoun, Mgr John Saw Yaw Han, a demandé aux prêtres de "pourvoir à la mise en place de réserves de nourriture pour éviter les carences" et de "constituer des stocks de médicaments pour tous les besoins de la santé de la population". Pour des raisons de sécurité, l’évêque a appelé les prêtres à "être vigilants et contrôler les personnes qui entrent" dans les paroisses.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don