Accueil
Bilan des vacances d’été 2023 : les Français sont partis à la découverte

Bilan des vacances d’été 2023 : les Français sont partis à la découverte

Un article rédigé par Alexandra Rey - Charlotte Barriquand - RCF, le 1 septembre 2023  -  Modifié le 1 septembre 2023
L'Invité de la Matinale Didier Arino fait le point sur la saison touristique

La fin des vacances a sonné. Avec une inflation toujours notable et une météo déréglée, le bilan de cette période estivale était prévu salé. Pourtant, les chiffres du tourisme du printemps, été 2023 sont en hausse. Une majorité de Français n’a pas laissé le contexte actuel prendre le dessus, et est tout de même parti en usant de multiples astuces.

L’Ariège fait partie des régions ayant fait une belle saison touristique en 2023. @ Lucas Fonquernie/ Unsplash L’Ariège fait partie des régions ayant fait une belle saison touristique en 2023. @ Lucas Fonquernie/ Unsplash

L’été 2023 a été un grand cru pour le secteur du tourisme, en comparatif à 2022 selon les chiffres annoncés le 30 août dernier, par Olivia Grégoire, ministre des petites et moyennes entreprises. Et les acteurs du tourisme en sont les premiers bénéficiaires, du fait de la hausse des prix sur l’ensemble des mois, du printemps à la fin de l’été. Les vacanciers ont dû s'adapter : « ils ont cherché le bon produit, au bon prix, au bon moment avec la bonne météo. C’était compliqué avec l'inflation et la météo. On a eu un mois de juillet plutôt en baisse, et août plutôt conforme », explique Didier Arino, président de Protourisme. 

 

Malgré cette hausse des prix, ce sont 6 Français sur 10 qui sont partis en vacances entre le printemps et l’été « les Français n’ont pas un budget extensible, bien qu’ils aient consacré un budget plus important cette année que l’an dernier, en faisant des sacrifices. Il est sûr qu’une augmentation de 12% dans le secteur [ndlr : du tourisme] ne correspond pas à l’augmentation du pouvoir d'achat des Français ».

 

Des envies différentes pour les vacanciers

 

Partir en congés est une chose, mais partir quand les prix augmentent, pour les Français, c’est l’occasion de rentabiliser au mieux selon Didier Arino « Les gens disent que les vacances coûtent trop cher pour ne rien faire. Le “tourisme idiot”, que l’on caricaturait du “soleil, plage”, est bien fini ». 

 

Les envies sont différentes, et sont davantage dans la découverte complète-t-il « Il y a véritablement une volonté de vivre des choses, de découvrir des territoires, des gastronomies, d’apprendre une culture, y compris quand ils partent à l’étranger. On le voit ce qui caractérise les français, c’est qu’ils sont quasiment les seuls à sortir des établissements pour aller visiter ».

 

Ces régions qui ont du succès 

 

Une des principales adaptations que les Français ont mises en place, c’est le choix de la destination. Les mois de juillet et août ont été caractérisés par une météo changeante, avec des températures qui pouvaient être très froides, puis exploser tous les records de canicule quelque temps après. De quoi étaler les périmètres de choix des destinations

 

Les régions du Nord de la France, comme la Normandie, le Pas de Calais, ou encore la Bretagne, ont connu une forte fréquentation en juillet. De plus en plus prisées par les touristes depuis quelques années, elles ne font pas encore de l’ombre à celles longeant la Méditerranée, qui dès que les beaux jours sont revenus en août, ont reçu beaucoup de réservations. 

 

De nouvelles destinations se sont vu accueillir des touristes, pour leur prix abordable « Les Haut Vosges, l’Ariège, la Dordogne, ou encore la Normandie intérieur ont fait de très belles saisons. Toutes les destinations qui proposent de la nature, des prix raisonnables, de véritables expériences clients, s’en sont bien sorties », précise Didier Arino. 

 

Un retour de la concurrence internationale a notamment été constaté. Environ 25% des vacanciers français ont fait au moins un voyage à l’étranger en 2023
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don