Accueil
Bertrand Dautzenberg
Partager

Bertrand Dautzenberg

Un article rédigé par Clotilde Dumay - RCF,  -  Modifié le 24 juin 2021
Le Pr Bertrand Dautzenberg, ancien pneumologue et fondateur du site montissumasque.com, estime que le port du masque permet de préserver notre liberté future.
podcast image par défaut

L’obligation de porter un masque dans les lieux publics clos commence ce lundi 20 juillet. Les Français devront notamment entrer masqués dans les banques, les marchés couverts, les établissements publics recevant du public, les grandes enseignes alimentaires. "La vigilance de tous est plus que jamais nécessaire pour éviter un rebond épidémique", indique le ministère de la Santé, qui précise que cette décision se fonde sur les indicateurs de suivi de l’épidémie qui traduisent aujourd’hui "une détérioration légère, mais encore incertaine de la situation sanitaire".

Par ailleurs, des incertitudes demeurent sur la transmission du virus dans l’air, qui a fait l’objet le 6 juillet 2020 d’une lettre à l’OMS signée par 239 scientifiques issus de 32 pays. Ils ont fait part de leurs observations sur la fréquence des contaminations et des clusters en milieu clos, particulièrement en cas de brassage d’air, et même en l’absence de projection directe.

Une épidémie qui continue à flamber

Tabacologue et ancien pneumologue à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris, le Pr Bertrand Dautzenberg a fondé le site montissumasque.com, un site qui explique comment fabriquer son propre masque. "Lors du début du déconfinement, de nombreuses personnes portaient le masque mais voyant que cela évoluait bien, les gens se sont mis à ne plus le porter, observe-t-il. On voit qu’un grand nombre de nos concitoyens ne peuvent mettre le masque dans les magasins uniquement que si c’est obligatoire hors c’était un peu gênant pour les commerçants de le rendre obligatoire. L’Etat qui rend le masque obligatoire dans les commerces, c’est une bonne chose parce que l’épidémie reprend". 

Comme beaucoup de personnes, le Pr Dautzengerg avait l’espoir que l’épidémie s’éteigne avec l’arrivée de l’été. "Ce n’est pas le cas. L’épidémie s’est éteinte parce qu’on a pris des mesures de confinement au niveau mondial. Et aujourd’hui l’épidémie continue à flamber".

Il en est convaincu : "Si on porte le masque, on a moins de chances de se retrouver confinés dans un mois. Si on aime la liberté, portons le masque pour préserver notre liberté future ! Cela contribue très largement à réduire le risque de dissémination de l’épidémie". Selon lui, "le masque en tissu est tout aussi raisonnablement efficace et assez voisin d’un masque chirurgical. Les masques les plus efficaces pour la filtration, que sont les masques FFP2, sont immettables pendant plusieurs heures sauf si on est un athlète de haut niveau".

Un masque respirable, pas trop épais

Pour mieux supporter le masque avec les chaleurs estivales, le Pr.Dautzenberg recommande de porter un masque en coton, dans un tissu pas trop épais et respirable. "Si on aime la fête, si on aime sortir, il faut préserver sa liberté et mettre le masque et augmenter considérablement les chances qu’on ait une liberté de travailler et de circuler dans les semaines et les mois qui viennent", insiste-t-il.

Le non-port d'une protection sera sanctionné de la même amende que celle actuellement appliquée dans les transports publics, soit 135 euros. 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don