Accueil
Belleville-sur-Loire : les élus veulent deux réacteurs supplémentaires à la centrale nucléaire
Partager

Belleville-sur-Loire : les élus veulent deux réacteurs supplémentaires à la centrale nucléaire

Un article rédigé par Guillaume Martin-Deguéret - RCF en Berry, le 13 février 2024  -  Modifié le 17 février 2024
3 questions à (Berry) Belleville-sur-Loire : les élus veulent deux réacteurs supplémentaires

Cher, Nièvre et Loiret : même combat. Les élus des trois départements se mobilisent pour convaincre EDF d'installer dans le futur deux réacteurs nucléaires de plus à la centrale de Belleville-sur-Loire. Ils ont organisé une mobilisation sur place ce lundi soir. L'implantation de deux EPR pourrait avoir d'importantes retombées économiques sur le territoire.

Deux réacteurs de plus à Belleville-sur-Loire dans quelques années ? © Wikimedia commons. Deux réacteurs de plus à Belleville-sur-Loire dans quelques années ? © Wikimedia commons.

L'atome avait moins la cote ces dernières années auprès des politiques, mais la donne s'est inversée, notamment à cause du changement climatique. L'État veut relancer le nucléaire civil dans le pays. Six nouveaux EPR devraient voir le jour à l'horizon 2050 en France, avec une mise en service progressive à partir de 2035. Les sites ont déjà été choisis : Penly (Seine-Maritime), Gravelines (Nord) et Bugey (Ain). D'autres constructions sont envisagées pour une deuxième phase et le Centre-Val de Loire compte bien en profiter. Un collectif d'élus s'est formé pour convaincre EDF d'installer deux réacteurs supplémentaires à Belleville-sur-Loire, dans le nord du Cher.


Députés, sénateurs, élus départementaux, intercommunaux... Ils viennent du Cher, de la Nièvre et du Loiret, et se mobilisent pour faire pencher EDF du côté du Berry pour l'installation de deux EPR. « Le site de Belleville-sur-Loire a été prévu à l'origine pour accueillir quatre réacteurs de 1300 mégawatts » explique Bruno Van der Putten, le Maire de la commune. « Le permis de construire, à l'époque, a finalement été déposé avec deux réacteurs. Le foncier existe et il est toujours disponible ». En somme, pas besoin de pousser les murs il y a de la place à Belleville-sur-Loire, depuis 40 ans.

Développement économique


Si les élus se mobilisent en nombre pour attirer ces EPR, c'est que les retombées économiques seraient non-négligeables : « Sur un bassin de vie qui s'étend de Briare à Cosne-sur-Loire, c'est indirectement 3 000 emplois et 6 000 sur la France entière. Ajoutez deux réacteurs, c'est pérenniser un bassin de vie à long terme. » Autre point que met en avant le Maire : « Les entreprises qui travaillent avec l'industrie nucléaire se sont installées historiquement près des sites à quatre tranches. Les sites à deux tranches, comme Belleville-sur-Loire, sont économiquement plus complexes. Ces entreprises travaillent essentiellement lors des arrêts des réacteurs. Les sites qui n'en ont que deux n'offrent pas assez d'arrêts sur une année pour que les entreprises s'installent durablement. »

 

En plus de Belleville-sur-Loire, trois autres centrales nucléaires longent la Loire. © Wikimedia Commons.

Et l'eau ?


Une question se pose néanmoins, celle de l'eau. La ressource se fait plus rare, et souvent durant l'été le niveau du débit est bas sur le Loire, alors que quatre centrales sont installées le long du fleuve, toutes dans la région Centre. Est-ce rédhibitoire ? « Ce n'est pas à moi de le dire, c'est la technique qui doit parler » répond Brun Van der Putten, qui est confiant : « Installer deux réacteurs supplémentaires à Belleville-Sur-Loire, c'est donner une homogénéité par rapport aux sites qui bordent la Loire ». En effet, les centrales de Chinon (Indre-et-Loire) et Dampierre-en-Burly (Loiret) disposent de quatre réacteurs. En revanche, celle de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) en compte également deux. « Tout le monde à tendance à oublier que le débit de la Loire est soutenu depuis de nombreuses années par des barrages » tient à rappeler le Maire, « Cela nous permet chaque été de ne pas avoir de contraintes sur le fonctionnement des réacteurs à Belleville-sur-Loire ». 


On ne sait pas encore quand EDF prendra sa décision pour l'installation des futures EPR, mais les élus vont continuer leur lobbying au long cours. De son côté, l'association Sortir du Nucléaire Berry-Giennois-Puisaye s'oppose évidemment à cette initiative. Elle craint notamment une augmentation des rejets de déchets radioactifs dans la Loire.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don