Accueil
Auditions de journalistes : "Reporters sans frontières réclame des explications aux autorités françaises"
Partager

Auditions de journalistes : "Reporters sans frontières réclame des explications aux autorités françaises"

Un article rédigé par Florence Gault - RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
3 questions à Auditions de journalistes : Reporters sans frontières réclame des explications aux autorités françaises
Les journalistes de Disclose et de Quotidien ont été entendus après des enquêtes sur des potentielles armes françaises vendues au Yémen. Des auditions qui suscitent l’inquiétude de certains.
podcast image par défaut

Ces derniers jours, huit journalistes ont été entendus par la Direction générale de la sécurité intérieure. Certains journalistes dénoncent une tentative des autorités de les intimider et de compromettre le secret de leurs sources. L'avis ce matin de Pauline Adès-Mevel, porte-parole de Reporters sans frontières. De plus, la journaliste du monde Ariane Chemin ainsi que Louis Dreyfus, le président du quotidien doivent être entendus ce mercredi dans le cadre de l’affaire Benalla après avoir notamment révélé l’identité d’un sous-officier de l’armée de l’Air.
 

Comment vous interprétez ces nouvelles convocations ?   

"Pour Reporters sans frontières, le fait qu’il y est huit convocations de professionnels de médias en quelques semaines est clairement inquiétant. Reporters sans frontières réclame des explications aux autorités françaises. Le fait qu’un si grand nombre de journalistes s’intéressent à un sujet sensible comme la vente d’armes par la France à l’Arabie Saoudite ou l’affaire Benalla qui a fait couler beaucoup d’encre fait craindre qu’avec ses convocations les autorités cherchent à intimider les journalistes et leurs rédactions. Et surtout à identifier leurs sources de manière à les sanctionner ou peut-être de les dissuader de communiquer des informations."

On peut peut-être justement réexpliquer à quoi consiste la fameuse loi du secret des sources dont on parle si souvent…

" Alors théoriquement, le journaliste qui est un justiciable comme les autres mais qui a un droit que n’ont pas les autres, c’est le droit au secret des sources. En fait, comparaître devant la DGSI, avec l’autorisation de ne pas parler, de ne pas révéler et donc ne pas donner les informations sensibles qu’il utilise en tant que journaliste pour son enquête. "

Vous avez vraiment aujourd’hui la sensation que les autorités cherchent à intimider les journalistes et donc à mettre à mal le journalisme d’investigation ?

"Il y a certainement un message. Et c’est pour cela que l’on s’est élevé contre ces pratiques. Effectivement, c’est une stratégie d’intimidation des médias dans les services de la sécurité intérieure, et c’est ça qui nous inquiète. Je crois que c’est surtout, le nombre très élevé de journalistes convoqués en un temps record parce que ce n’est pas nouveau en France. On a vu des précédents en 2016 et en 2017. Mais avec une telle fréquence et dans un temps si court, c’est du jamais vu.

Ce qui est clair, c’est que le journalisme d’investigation est aujourd’hui en danger en France parce que convoquer des journalistes dans ces conditions, c’est fragiliser la liberté d’information mais aussi l’accès à l’information parce que c’est le message envoyé aux journalistes donc a potentiellement d’autres journalistes qui pourraient peut-être être plus réticent à communiquer et bien sûr aux sources qui pourraient être inquiétées de communiquer des informations sensibles."
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don