Accueil
Art sacré: ces bénévoles qui conseillent les décideurs
Partager

Art sacré: ces bénévoles qui conseillent les décideurs

Un article rédigé par Vanessa Sansone - RCF Haute-Savoie, le 18 mars 2022  -  Modifié le 18 mars 2022
Vitamine C, en Haute-Savoie Art sacré : ces bénévoles qui conseillent les décideurs

Projeter des chants cans le chœur de l'église, changer l'autel, restaurer un tableau ou l'église entière... Dans tous ces projets, la Commission Diocésaine d'Art Sacré accompagne les paroisses et mairies. 

Visiteurs à la chapelle du hameau de Bionnassay ©2019 RCF Haute-Savoie Visiteurs à la chapelle du hameau de Bionnassay ©2019 RCF Haute-Savoie

Les membres de la commission diocésaine d'art sacré (CDAS) sont architectes, historiens, antiquaire. Dix-huit personnalités, dix-huit compétences et deux points communs: la passion de l'art sacré et un engagement bénévole au service de l'Eglise. "Ca a commencé par une mission d'inventaire. Puis une autre mission... et encore une nouvelle. En Eglise, quand vous mettez un doigt, ça finit par le corps entier!" plaisante Michel Robillot, aujourd'hui délégué au patrimoine mobilier du diocèse d'Annecy et membre de la CDAS. 

Un avis consultatif avisé

Une commission dont les membres mutualisent leurs compétences professionnelles et se forment à l'art sacré et la liturgie. Un service bénévole rendu, au nom du diocèse, aux paroisse et aux mairies, propriétaires de la plupart des lieux de cultes du département. "Avec l'expérience, nous pouvons éviter qu'une bêtise commise lors d'une restauration passée soit renouvelée. Nous sommes les conseilleurs, le regard extérieur... mais pas les payeurs!" explique Alain Ettori, président de la CDAS. A Saint-Gervais, par exemple, la directrice de la culture et du patrimoine de la commune a pour habitude de consulter la commission a chaque restauration de chapelle ou d'église. "Leur avis consultatif, permet de ne pas commettre d'impair" souligne Emma Legrand.

"Sur les dix paroissiens, il y avait dix avis différents!"

Mais il n'y a pas que la restauration qui peut poser question. Trouver un nouveau calice, réaménager le chœur d'une église, commander un autel contemporain, trouver comment projeter les chants pendant la messe: voilà autant de sujets pour lesquels la CDAS peut être sollicitée. "La place et la mise en valeur d'une statue de la Vierge posait question, dans l'église des Bressis" raconte Dominique Joly, prêtre coopérateur de la paroisse Saint-Jean aux Portes d'Annecy. "Et sur les dix paroissiens qui réfléchissaient à cette statue, il y avait dix avis différents! Alors j'ai proposé d'appeler la CDAS. Deux membres sont venus, pour nous éclairer et nous aider à trouver la solution". 

"La théologie, la liturgie, les objets, le bâtiment : tout est lié!"

"Aujourd'hui, l'idée est de correspondre à la liturgie de Vatican II : l'Emmanuel parmi nous. Et dans une église, tout est signifiant. Donc la théologie, la liturgie, les objets, le bâtiment : tout est lié! Et notre rôle c'est de l'expliquer" explique Bernard Premat, historien à la CDAS. "J'ai découvert récemment une statue ancienne, repeinte par une paroissienne... alors qu'elle aurait nécessité une restauration professionnelle. C'est une perte pour le patrimoine de l'Eglise. Alors je lance un message aux paroisses: n'hésitez pas à nous solliciter, avant de commettre une action irréversible! Nous sommes bénévoles, désintéressés et nous venons gratuitement!" conclut l'antiquaire Sophie Sesmat.  

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don