Accueil
​Angers : situation inédite de pénurie de logements étudiants
Partager

​Angers : situation inédite de pénurie de logements étudiants

Un article rédigé par Elisa Brinai avec Naïla Derroisné - RCF Anjou,  -  Modifié le 17 octobre 2018
Des étudiants hébergés à l’hôtel par l’université, obligés de dormir chez un ami ou dans un camping, c’est la situation à laquelle est confrontée la ville d’Angers depuis la rentrée.

À Angers, une soixantaine d’étudiants disposent encore de logements précaires, un mois après la rentrée de septembre. C’est la première fois que la ville se trouve confrontée à cette pénurie de logements étudiants.
 

Les baby-boomer des années 2000 arrivent à l’université

Ce phénomène de pénurie est inédit à Angers mais il s’explique. L’afflux d’étudiants est dû à l’installation de nouveaux établissements dans la ville mais aussi à l’arrivée des enfants du Baby-boom des années 2 000 qui entrent en études supérieures. À cela, il faut ajouter les complications engendrées par le dispositif Parcoursup : certains étudiants ont connu très tardivement leur affectation et n’ont pas pu anticiper. Le Crous a été rapidement saturé et le parc immobilier privé pris d’assaut.
 

Trop peu de logements privés pour les étudiants

Capucine, étudiante en licence professionnelle à l’université d’Angers, n’a connu son affectation que six jours avant sa rentrée. Lorsqu’elle a cherché un appartement, il n’y avait déjà plus d’offres sur le bon coin et dans les agences les loueurs n’acceptaient pas les étudiants : « J’ai passé tout le mois de septembre à chercher. J’ai répondu à une soixantaine d’annonces et je n’en ai pas eu une seule », témoigne l’étudiante. En attendant, elle est hébergée chez une amie de sa promotion.
 
Les logements sociaux ne sont pas prioritairement réservés aux étudiants explique Richard Yvon, adjoint au logement à la ville d’Angers : « Quand vous êtes étudiants et que vous êtes sur une liste d’attente pour les HLM, il y a un biais car votre adresse fiscale est celle de vos parents ».
 

Les résidences universitaires prises au dépourvu

Ce problème de pénurie n’a pas été suffisamment anticipé. Les résidences universitaires ont géré la situation dans l’urgence. « À chaque désistement, on a réaffecté un étudiant prioritaire selon nos critères mais nous n’avons pas pu créer de nouvelles places instantanément », explique Jean-Jacques Audureau, directeur de la vie étudiante et de l’hébergement au Crous de Nantes, Pays-de-la-Loire.
 
D’ici 2021, le Crous d’Angers prévoit la construction d’un établissement pour accueillir 170 lits supplémentaires.
 

Des nuits d’hôtel payées par l’université

En attendant, l’université d’Angers a dû mettre la main à la pâte même si son rôle n’est pas de loger les étudiants. «Si l’étudiant nous dit qu’il doit dormir dans sa voiture, on va lui trouver une chambre d’hôtel,  affirme Anne-Sophie Hocquet vice-présidente de l’Université d’Angers. On a signé des conventions avec quelques hôtels d’Angers pour que des étudiants puissent bénéficier d’une à trois nuits en logement d’urgence. »

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don