Accueil
Alexandra Louis : "les politiques ​doivent garder le lien avec la réalité"
Partager

Alexandra Louis : "les politiques ​doivent garder le lien avec la réalité"

RCF,  -  Modifié le 1 mars 2019
Stéphanie Gallet vous propose d’aller à la rencontre d’élu de terrain pour répondre au discrédit qui touche la classe politique. Ce jeudi il s’agit de la députée Alexandra Louis.
Alexandra Louis Alexandra Louis

Alexandra Louis est députée La République en Marche de la 3ème circonscription des Bouches-du-Rhône. Membre de la commission des lois, elle a été rapporteure du projet de loi de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Avocate, elle s’est engagée depuis le début de son mandat à lutter contre l’habitat dégradé et à faciliter l’accès au droit.

A propos du renoncement de Décathlon à vendre un hijab de running adapté aux femmes voilées, Alexandra Louis "regrette qu’il y ait une hystérisation autour du sujet". "Le débat sur le voile est d’abord celui du choix des femmes, leur laisser la liberté, que les femmes s’émancipent par la culture, l’éducation et aussi par le sport. Il faut laisser la possibilité à chacune de pouvoir pratiquer un sport".

Sanctionner le sexisme...

Alexandra Louis pense qu’il y a eu une certaine prise de conscience des problèmes de sexisme par la société, "mais le chemin est encore loin et il faut un choc des consciences". Avec la loi sur l’outrage sexiste, "on veut sanctionner le premier degré des violences sexuelles et sexistes". “Il faut de l’éducation et de la sensibilisation, des plus jeunes. Mais il faut également progresser dans le monde de l’entreprise, avec le principe d’égalité salariale, et mieux repérer les cas de harcèlement au travail, pour mieux les encadrer et les sanctionner”.

Jusqu'à l'assemblée

"Être une femme politique en 2019 reste compliqué, car même si l’Assemblée nationale s’est féminisée, il faut encore changer les choses. Car lorsqu’on est une femme en politique il y a une présomption d’incompétence qui pèse, et il faut affronter le sexisme paternaliste, raconte Alexandra Louis. Lorsque des femmes prennent la parole en politique et à l’Assemblée elles sont plus souvent huées."

Pour Alexandra Louis "le sexisme est l’affaire de tous, pas seulement des femmes. Il ne dit pas toujours son nom, il est plus insidieux que ce que l’on pense. Et à l’Assemblée nationale il faut que l’on soit plus exemplaires que jamais".

Son engagement politique

La députée raconte comment elle s’est engagée en politique : "il y a 10 ans je ne croyais absolument pas dans la politique, je trouvais qu’il y avait un trop grand décalage entre les politiques et le reste de la population. Et finalement je me suis dit qu’il fallait s’engager pour que les choses puissent changer. Pour plus de renouvellement il faut amener de nouvelles personnes de la société civile vers la politique, qu’on leur donne la possibilité de s’engager".

"Il faut ouvrir les permanences et aller sur le terrain". Pour Alexandra Louis la partie la plus enrichissante de son mandat c’est lorsqu’elle va sur le terrain, "tous ces moments où j’échange avec les citoyens, les spécialistes et les habitants. Voir ceux qui souffrent de l’insécurité, par exemple. Voir quel est leur quotidien. Garder un lien avec la réalité".

Lutter contre l'habitat indigne

Ces derniers mois Marseille est devenu le symbole de l’habitat indigne depuis les effondrements de la rue d’Aubagne. Alexandra Louis a été missionnée par le premier ministre sur le sujet. "Des dispositifs juridiques existent, et on a accumulé du retard sur l’habitat dégradé" pour Alexandra Louis. "Il faut clarifier la loi pour que ceux qui n’ont pas pris leurs responsabilités le fassent enfin".

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don