Accueil
Agriculteurs en colère : un sommet européen sur fond de manifestation

Agriculteurs en colère : un sommet européen sur fond de manifestation

Un article rédigé par Louis Nedved - RCF Bruxelles, le 31 janvier 2024  -  Modifié le 31 janvier 2024

Démarré en Allemagne à la fin de la semaine dernière, le mouvement de grogne des agriculteurs a aussi trouvé un écho en Belgique. En cause, la concurrence déloyale favorisée par les traités de libre-échange et des charges administratives trop importantes. Le Conseil européen se réunira exceptionnellement ce jeudi 1er février à Bruxelles pour décider de la suite à donner aux évènements récents.

 

©Chris Ensminger ©Chris Ensminger

Cela n’aura échappé à personne, la colère des agriculteurs européens a gagné la Belgique au début de cette semaine. Lundi, l’échangeur de Daussoulx dans le Namurois était la cible des manifestants. Les dépôts du groupe Colruyt à Hal ont aussi été pris d’assaut et des barrages filtrants mis en place sur les plus grands axes routiers du pays. À Bruxelles, une vingtaine de cultivateurs se sont regroupés avec leurs tracteurs au square De Meeûs dans le quartier européen. La plupart sont jeunes et s’inquiètent pour leur futur : « Avec les règles que nous impose l’Europe et l’importation de produits étrangers, notre avenir est noir », confiait l’un d’eux.

 

Beaucoup n’ont pas les moyens de se plier à toutes ces nouvelles réglementations financièrement contraignantes. Pour eux, c’est incompatible avec la concurrence déloyale découlant des accords de libre-échange qui forcent les agriculteurs à s’aligner sur les prix, bas, du marché : « Les coûts de production ont triplé voir parfois quadruplé et on vend toujours au même prix qu’à l’époque de nos grands-parents, ce n’est plus tenable ». Selon l’UNAB, l’Union Nationale des Agrobiologistes Belges, les agriculteurs travaillent en moyenne 80 heures par semaine pour gagner moins que le revenu moyen wallon. À cela s’ajoutent encore de lourdes charges administratives que les cultivateurs voudraient simplifier.

Les tensions risquent d’atteindre leur apogée jeudi, en marge des discussions du Conseil européen. La circulation dans la capitale sera très fortement impactée : le tunnel Reyers sera fermé ainsi que le tunnel du Cinquantenaire, l’inaccessibilité à la petite ceinture de Bruxelles sans doute, également. La zone de police Bruxelles-Capitale conseille de privilégier les transports en commun à la voiture, les perturbations commençant dès le matin. La suite des évènements reste incertaine, tout dépendra de ce qui ressortira du sommet extraordinaire.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don