Accueil
RCF À Vienne (nord-Isère), la campagne bat son plein dans une circonscription qui pourrait changer de bord

À Vienne (nord-Isère), la campagne bat son plein dans une circonscription qui pourrait changer de bord

Un article rédigé par Charlotte Mongibeaux - RCF Lyon, le 27 juin 2024  -  Modifié le 1 juillet 2024
Tempo · Le podcast d'actualité de RCF Lyon Législatives : reportage à Vienne dans la 8e circonscription de l'Isère

À quelques jours du premier tour des élections législatives (30 juin 2024), certains députés de la majorité présidentielle risquent de perdre leur siège. Reportage dans le Nord-Isère, dans la 8e circonscription qui comprend Vienne et son agglomération, où la députée sortante Caroline Abadie pourrait être devancée dès le premier tour par une candidate de l’alliance des droites et une candidate écologiste du Nouveau Front populaire. 

Urne électorale ® Arnaud Jaegers via Unsplash Urne électorale ® Arnaud Jaegers via Unsplash

Déjà en 2022, la 8e circonscription de l'Isère (Vienne, canton d'Heyrieux, canton de Roussillon) avait été remportée de peu par la députée sortante de la majorité présidentielle. Au premier tour, le Rassemblement national était arrivé en deuxième position à seulement cent voix près derrière la députée sortante. La Nupes, l'alliance des gauches, était arrivée aux portes du deuxième tour à sept voix près. 

Un duel Front-Populaire / alliance des droites : « c'est mon cauchemar »

Dans la configuration actuelle, il y a fort à penser que le deuxième tour se jouera entre la candidate de l'alliance Ciotti - RN (Hanane Mansouri) et la candidate du Nouveau Front populaire (Cécile Michel). « C'est mon cauchemar, je vais encore mal dormir une semaine dessus » concède Caroline Abadie, la députée Renaissance sortante qui ne sait pas quelle consigne de vote donner si ce duel se présentait dimanche prochain. Pour elle, tout n'est pas perdu malgré la déroute du parti présidentiel aux européennes. « Je suis la seule qui pourrait rassembler largement sans avoir à faire le choix des extrêmes. De nombreuses personnes viennent me voir sur les marchés pour me le dire » assure-t-elle. 

Caroline Abadie, élue une première fois en 2017, ne comptait pas se représenter en 2027. Elle dit s'être décidée à y aller pour défendre des valeurs républicaines et combattre l'antisémitisme. Selon elle, « c'est une campagne sur les valeurs et non pas une campagne programmatique ». La députée sortante compte sur son ancrage local et sur son bilan : l’implantation d’une nouvelle gendarmerie dans le nord-Isère, le soutien au nucléaire mais aussi à la justice avec l'ouverture de nouvelles places de prison, un sujet qui lui tient à cœur. 

200 militants du Nouveau Front populaire 

À deux pas du théâtre antique de Vienne, autre ambiance. Piles de tracts sur les tables, les militants écologistes et socialistes se partagent les marchés sur la dernière semaine de tractage avant le premier tour, dans le QG historique du parti socialiste. « On a près de 200 militants » compte Cécile Michel, la candidate du Nouveau Front populaire, qui assure, malgré la rapidité de la campagne, que les sympathisants sont arrivés en nombre.

Élue d’opposition à Condrieu et co-présidente du groupe les écologistes à la région, elle espère bénéficier des bons résultats de LFI et des socialistes aux européennes et mise sur une campagne locale : le développement du RER à la lyonnaise, la restauration d'un dialogue avec les associations,… Elle viendra aussi défendre la sécurité sociale de l’alimentation, « à l'image de la sécurité sociale, tout le monde a un montant disponible pour pouvoir se nourrir à partir d'un réseau de producteurs locaux ». Un thème cher aussi à Boris Tavernier, candidat du Nouveau Front populaire dans la 1er circonscription de Lyon. 

Tempo · Le podcast d'actualité de RCF Lyon Législatives : les enjeux dans la 1re circonscription du Rhône

Contre une gauche « ultra-violente et communautariste »

Entourée par des amis à la terrasse d'un café à Vienne, la plus jeune candidate de la circonscription pourrait bien, elle aussi, passer la barre du premier tour. Hanane Mansouri, 23 ans, étudiante en droit à Grenoble et ancienne présidente des jeunes républicains en Isère, porte les couleurs de l’alliance entre Éric Ciotti et le Rassemblement national. « C'est un choix courageux d'Eric Ciotti. J'ai toujours été pour l'alliance des droites » commente-t-elle, alors que ce rapprochement a suscité une levée de boucliers dans le camp républicain. Le bureau politique LR a tenté un troisième fois, jeudi 27 juin, d'exclure Éric Ciotti de la présidence. Demande rejetée la même journée par le tribunal judiciaire de Paris.

Vienne fait donc partie de la soixante de circonscriptions en France, sur les 577, à présenter un candidat commun Ciotti / Rassemblement national face à un candidat LR, symbole des divisions profondes au sein du parti. Hanane Mansouri compte défendre le programme commun entre Ciotti et le RN, concocté en vitesse. « Le pouvoir d'achat, c'est le plus important » assure la jeune candidate. Parmi les autres thèmes de sa campagne, la lutte contre l'extrême-gauche. « C'est une gauche qui est ultra-violente et communautariste. C'est un vrai danger pour la France. Je fais aussi campagne contre le macronisme. On est vraiment dans une période de déclin français » résume-t-elle. Elle entend mettre les policiers « sur un piédestal » et faire mieux appliquer les peines de prison pour remettre la France en ordre. 

Un candidat Les Républicains face à une candidate de l'alliance Ciotti / RN

Un programme pas si éloigné sur le volet sécuritaire de l'un de ses rivaux, le républicain Jean-Claude Lassalle. Déjà candidat en 2022, arrivé en 4e position avec 20% des voix, il fustige l'alliance « contre nature » d'Éric Ciotti avec l'extrême droite. « C'est un homme seul qui a trahi ses convictions et sa famille », déplore-t-il. Connu à Vienne, « né dans cette circonscription », il n'est pas inquiet de voir ses électeurs passer côté alliance des droites. « On me le dit tous les jours [...] : 'au moins vous, on sait que demain vous ne trahirez pas vos convictions' ». Il a mené sa campagne sur le thème de l'immigration, « pour instaurer un quota annuel à l'Assemblée en fonction des besoins de l'économie » mais aussi sur les services publics de proximité et sur l'ouverture d'établissements qui accueillent les ainés. Thème clé pour accompagner le vieillissement de la population. 


Deux autres candidats se présentent dans cette 8e circonscription de l'Isère - six en tout. Jacques Lacaille pour Lutte ouvrière, pour la quatrième fois. Il avait recueilli 1,26% des voix en 2022. Et puis une candidature originale. Aurore Galves Orjol vient parler de cryptomonnaie et de souveraineté monétaire mais mène une campagne discrète. Elle n'imprimera pas de bulletin de vote.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Tempo · Le podcast d'actualité de RCF Lyon
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Tempo · Le podcast d'actualité de RCF Lyon

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don