Accueil
À Lourdes, le Pèlerinage national fête ses 150 ans
Partager

À Lourdes, le Pèlerinage national fête ses 150 ans

Un article rédigé par Laurette Duranel, Odile Riffaud - RCF, le 14 août 2023  -  Modifié le 14 août 2023
L'actu chrétienne Le pèlerinage de Lourdes, un brin différent cette année pour ses 150 ans

Le Pèlerinage national de l'Assomption, qui rassemble chaque année à Lourdes des milliers de pèlerins, fête ses 150 ans. Un jubilé qui invite au "renouveau" plus qu'à regarder le passé, dans un contexte de baisse de la fréquentation.

 

Au Pèlerinage national de l’Assomption, le maître mot est le service (Photo : Lourdes, le 11/08/2023 © Laurent Ferriere / Hans Lucas) Au Pèlerinage national de l’Assomption, le maître mot est le service (Photo : Lourdes, le 11/08/2023 © Laurent Ferriere / Hans Lucas)

 

Comme chaque année, Lourdes accueille des milliers de pèlerins - des personnes malades ou fragiles et des bénévoles pour les accompagner - autour de la fête du 15 août. Cette année, le Pèlerinage national de l’Assomption fête ses 150 ans. Pour l'occasion son programme a été étoffé. Pour le directeur du Pèlerinage national, ce jubile invite au "renouveau" plus qu'à regarder le passé, dans un contexte de baisse de la fréquentation.

 

 

 


 

Le Pèlerinage national de l'Assomption à suivre sur RCF

Le pèlerinage national de Lourdes 2023 a lieu du 11 au 16 août. RCF, partenaire de l'événement, diffuse la messe du 15 août en direct à 10 heures de Lourdes et vous propose des rendez-vous pour suivre l'actualité de ce grand rassemblement.

> En savoir plus

 



 

 

Le service des personnes malades

 

Au Pèlerinage national de l’Assomption, le maître mot est le service. Pour des milliers de bénévoles c'est un rendez-vous à ne pas manquer : au cœur de l'été ils viennent donner de leur temps et offrir leur service aux pèlerins malades ou fragiles. Cette année, sur les 6.000 inscrits, 550 sont des personnes malades, âgées ou handicapées, et 2.000 sont ce que l'on appelle des "hospitaliers", tous bénévoles. "C’est toujours extraordinaire d’avoir des milliers d’hospitaliers, des personnes bénévoles qui viennent aider et qui contribuent à accueillir et à accompagner ces personnes malades", se réjouit le Père Vincent Cabanac, prêtre assomptionniste et directeur du Pèlerinage national.

 

 

 

→ À LIRE : Être hospitalier à Lourdes, "on donne un petit peu et on reçoit tellement plus !"

 

 

 

Un programme spécial pour les 150 ans

 

Rassembler plusieurs milliers de personnes, cela suppose une bonne organisation. Mais le Pèlerinage national a l’habitude. "C’est l’avantage d’un pèlerinage qui a 150 ans, c’est que les choses sont rodées depuis longtemps, confie Vincent Cabanac, il est pour nous coutumier d’amener des gens par les trains, les bus et les avions. Il est pour nos habituel de pouvoir accueillir des personnes malades…" 

 

Pour le jubilé, le programme du pèlerinage a été légèrement modifié. "Nous avons étoffé ce que nous faisons d’habitude", résume le Père Cabanac. Au programme, 35 conférences et ateliers, des temps festifs, et "une procession mariale qui va partir de la ville, chose qui ne s’est pas faite depuis longtemps !"

 

 

 

Tourné vers l’avenir

 

Le Pèlerinage national est né en 1873 - quinze ans après les apparitions de la Vierge Marie, en 1858 - dans le contexte de l’après-guerre franco-allemande de 1870. L’idée des prêtres assomptionnistes était d’organiser un pèlerinage afin de prier pour la France. L’image de la cité mariale étant fortement associée à des guérisons miraculeuses, ce rendez-vous s’est peu à peu organisé autour de l’accueil de personnes malades. Ainsi, l’Hospitalité Notre-Dame-de-Salut a-t-elle été créée dès 1881.

 

En 150 ans, ce rendez-vous annuel qui a pris une place importante dans l’histoire de l’Église catholique en France, a connu "des événements difficiles", comme les "guerres" et les "conflits", mais aussi des "oppositions", jusqu’à la "crise du Covid", résume le Père Cabanac. Mais il y a eu aussi "des moments de relèvement et de joie". "Notre jubilé ce n’est pas seulement faire mémoire de ce qui s’est passé, même si c’est important, explique le directeur du Pèlerinage national, c’est aussi nous préparer à un avenir où nous souhaitons pouvoir à la fois célébrer notre foi, nous réunir dans ce sanctuaire de Lourdes ô combien évocateur, et puis tracer de nouvelles perspectives de rassemblement..."

 

La fréquentation en baisse depuis quelques années du Pèlerinage national, incite à penser son "renouveau" et son "redressement", "en prenant soin des personnes les plus fragiles, en particulier les personnes malades qui avaient été pendant un temps éloignées du sanctuaire", ajoute le Père Cabanac.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don