Accueil
5 ans du Rassemblement national : retour sur une tentative de dédiabolisation
Partager

5 ans du Rassemblement national : retour sur une tentative de dédiabolisation

Un article rédigé par Amaury Perrin - RCF, le 2 juin 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
Le Press Club de RCF : l'actu hebdo décryptée 5 ans du Rassemblement National : retour sur une tentative de dédiabolisation

"Un nouveau nom qui claque comme un cri de ralliement mais aussi comme une promesse d’unité", disait Marine Le Pen en 2017 lors du changement de nom et d’identité de son parti. Cette annonce avait été perçue par tous comme une dernière tentative de dédiabolisation du Rassemblement National (RN). 

 

Le Press Club, avec Antoine-Marie Izoard, directeur de la rédaction de Famille Chrétienne, et Guillaume Goubert, ancien directeur de la rédaction de La Croix.

Audition, ouverte à la presse, de Marine Le Pen, présidente du groupe Rassemblement national ©  Xose Bouzas / Hans Lucas Audition, ouverte à la presse, de Marine Le Pen, présidente du groupe Rassemblement national © Xose Bouzas / Hans Lucas

Une identité nouvelle pour effacer le passé ?

 

Après son échec face à Emmanuel Macron lors du second tour de la présidentielle de 2017, Marine Le Pen a opté pour un total changement d’identité. "C’était un coup de communication indispensable", juge Antoine-Marie Izoard. Cette dédiabolisation, symbole de la rupture avec l’empreinte de Jean-Marie Le Pen, a aujourd’hui fait son chemin, permettant au parti d’extrême droite d’occuper 88 sièges à l’Assemblée nationale. Depuis 50 ans, le Front national devenu RN s’est fait une place élection après élection. Il s’est toujours imposé jusqu’au second tour et est devenu une force politique incontournable en France. 

 

L’héritage du Rassemblement national reste tout de même lourd. Les Français n’oublient pas les actions passées du parti et ses opinions bien tranchées, notamment sur les questions d’environnement et de société. "Le RN reste sur le frein sur beaucoup de questions et a toujours cette volonté de mettre tous les problèmes de la France sur les épaules des étrangers", estime Guillaume Goubert. Après avoir réussi à attirer toujours plus de sympathisants, le parti semble stagner mais reste l’opposant majeur à la République en Marche. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don